Ils traversent la route pour se reproduire, la moitié meurt écrasée : comment cette commune tente de sauver ses crapauds et grenouilles

Autour de l'étang de la Capelle, près d'Uzès dans le Gard, de nombreux batraciens meurent sur les routes, écrasés par les voitures, alors qu'ils traversent la voie pour aller se reproduire dans l'eau. Pour réduire ces accidents, des panneaux de signalisation ont été installés et un crapauduc est en projet.

L'étang de la Capelle, à une quinzaine de kilomètres d'Uzès, est l'une des plus grandes étendues d'eau douce du Gard. Un espace classé Natura 2000 grâce à la richesse de sa faune et sa flore. Cet étang, bordé de roseaux, de peupliers et de chênes est l'endroit idéal pour la reproduction des batraciens. 

Rainettes, salamandres et crapauds... Neuf espèces d'amphibiens cohabitent dans les 230 mares qui entourent l'étang.

Traversée mortelle

Après le coucher du soleil, les amphibiens rejoignent l'étang pour se reproduire. Mais voilà, pour cela il faut traverser l'une des trois routes qui l'entourent. Très risqués pour les grenouilles et crapauds.

Il y a des endroits soumis à de fortes collisions routières. Pour certains tronçons, on a entre 50 et 70% de mortalité routière sur les amphibiens en migration

Marion Fraysse Gorlier, naturaliste au Centre ornithologique du Gard

Sur ces tronçons, huit panneaux de signalisations ont été installés pour prévenir les automobilistes. Un projet de crapauduc souterrain pourrait permettre également de réduire cette forte mortalité routière des amphibiens.

Écrit avec Alexandre Rozga.