Le dromadaire, animal du désert bien adapté au causse du Larzac, doit défiler à Paris

Les chameaux et les dromadaires sont à l'honneur en 2024, année internationale des camélidés. Pour l'occasion, une douzaine de dromadaires de l'Hérault et de la Lozère vont aller défiler à Paris les 20 et 21 avril. Rencontre avec une éleveuse de dromadaires, installée sur le causse du Larzac.

Drôle d'élevage à La Vacquerie-et-Saint-Martin-de-Castries ! Ce petit village de l'Hérault possède un patrimoine naturel remarquable : le causse du Larzac. C'est là que Christèle Derosch a décidé d'installer son troupeau de dromadaires.

Auparavant, cette passionnée s'intéressait aux chevaux, surtout aux pur-sang arabes d'endurance. Mais il y a 5 ans, elle a acquis deux dromadaires venus des Canaries et aujourd'hui, son troupeau s'est étoffé : ils sont désormais une vingtaine à paître dans les prés.

Ils aiment brouter l'herbe, mais aussi les ronces, les feuilles basses des arbres, que les animaux refusent. Ce sont des animaux qui méthanisent très peu, la moitié de ce que rejette une vache.

Christèle Derosch, éleveuse de dromadaires

Cet animal du désert s'adapte très bien au causse du Larzac. Il supporte une température de moins 10°C et se régale avec l'herbe bien grasse locale. "C’est un animal très facile à domestiquer, il se comporte presque comme un animal de compagnie" explique leur propriétaire.

Un comportement amical qui fait du dromadaire le prince des promenades. Une première pour Naomi, une jeune fille rencontrée sur place :

"Au début, j’avais un peu peur, surtout quand je suis montée dessus et quand l’animal s’est levé ! Mais finalement c’est super agréable et je suis vraiment contente de l’avoir fait" affirme-t-elle, ravie.

En plus des visites pédagogiques, Christèle Derosch compte développer d'autres projets, comme la commercialisation du lait de chamelle. L'élevage de dromadaire connaît un engouement grandissant dans l'hexagone. On compte quelque 1200 camélidés, actuellement en France.

Un défilé controversé à Paris

Samedi 20 avril 2024, Paris devait accueillir un défilé de 50 chameaux, dromadaires, lamas et alpagas dans l'après-midi. L’événement est organisé par la Fédération française pour le développement des camélidés en France et en Europe (FFDCFE) pour fêter 2024, décrété année internationale des camélidés par l'ONU.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a expliqué sur son site Internet que "les camélidés jouent un rôle important dans la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) qui ont trait à la lutte contre la faim, à l’élimination de la pauvreté extrême, à l’autonomisation des femmes et à l’exploitation durable des écosystèmes terrestres."

Des éleveurs spécialisés français doivent donc participer à ce défilé qui pourrait passer devant la tour Eiffel, les Invalides et le siège de l'Unesco, dans le 7e arrondissement. Mais cette opération n'est pas du goût de tous ! Dénoncé par une association de défense des animaux, "L'incroyable défilé" déplaît à la mairie de Paris, qui "n'y est pas favorable à ce défilé". 

L'autorisation ou non de la manifestation revient à la préfecture de police, qui ne s'est pas encore prononcée.