Incendie criminel à l'est de Nîmes : l'auteur des faits a reconnu son implication

Dans la soirée du 1er janvier 2024, une patrouille de la gendarmerie de Bouillargues (Gard) découvre un feu d'origine criminelle sur la commune de Rodilhan. Placé en garde à vue, l'auteur des faits a reconnu son implication.

Le 1er janvier 2024 en fin de soirée, un incendie d'origine criminelle attire l'attention des gendarmes à Rodilhan.

Rapidement retrouvé et placé en garde à vue, l'auteur des faits a reconnu son implication. Il encourt dix ans d'emprisonnement.

Incendie criminel

Vers 22 heures le 1er janvier 2024, alors qu'une patrouille de gendarmerie de la brigade de Bouillargues se rend sur une intervention, elle découvre un incendie en cours sur la commune de Rodilhan.

Les gendarmes constatent que le départ de feu a pris "sur un amas de panneaux publicitaires et de planches de bois", comme ils l'expliquent sur Facebook.

Rapidement, ils arrivent à maîtriser les flammes sans parvenir à éviter les dégâts provoqués sur la façade d'un bâtiment.

Selon eux, il n'y a pas de doute : l'origine de l'incendie est criminelle.

Peine encourue

L'auteur des faits est rapidement identifié, localisé, puis placé en garde à vue. Là, il a reconnu son implication.

L'homme devra bientôt s'expliquer devant le tribunal. Il encourt dix ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende pour destruction ou dégradation du bien d'autrui par un moyen de nature à créer un danger pour les personnes.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité