Ligue 1 : les supporters du Nîmes Olympique interdits de déplacement à Marseille, la colère monte

Un certain ras-le-bol gagne les supporters du Nîmes Olympique, alors que les reports de match et les interdictions de déplacements s’accumulent. Le 13 avril prochain, ils n’auront pas le droit d’aller à Marseille, pour une affiche pourtant très attendue.
 
Les supporters nîmois lors du match contre Marseille, le 19 août 2018.
Les supporters nîmois lors du match contre Marseille, le 19 août 2018. © GUILLAUME HORCAJUELO/EPA/Newscom/MaxPPP
Encore un coup dur pour les supporters du Nîmes Olympique. Alors qu’ils viennent d’apprendre que le match contre Saint-Etienne est décalé du dimanche 31 mars au lundi 1er avril, ce qui implique qu’ils seront moins nombreux à pouvoir se rendre dans la Loire, une autre mauvaise nouvelle leur tombe dessus : l’interdiction pour eux de faire le déplacement à Marseille. Le match des Crocos contre l’OM est prévu le samedi 13 avril à 17h. Sauf que ! Là encore, rien ne dit que la rencontre ne sera pas elle aussi remise à plus tard.
 

Tout cela commence à faire beaucoup. L’interdiction de se rendre au stade Vélodrome pourrait bien être la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Dans un communiqué publié suite au report du match contre l’ASSE, le club de supporters Nemausus 2013 faisait déjà part de son agacement : "A toutes les instances, que ce soit les autorités, la LFP, les diffuseurs, etc etc cessez de nous mépriser. Sans nous le football n’est plus rien. Sans nous les clubs ne sont plus rien", soulignait-il.
 

"On va se mobiliser"


Et voilà qu’ils ne pourront se rendre à Marseille. "On va se mobiliser. Il y en a assez. Les actions vont commencer", prévient le club sur sa page Facebook.
 
"Ce sera dans le calme et le respect", nous précise son président, Cyril Roure. Celui-ci pointe du doigt les conséquences qu'ont tous ces reports et interdictions : pour Saint-Etienne, c'est trois bus réservés qu'il va falloir annuler. Pour Marseille, c'est sept bus, et 450 personnes à rembourser. Quand le match est à domicile, la pilule n'est pas plus facile à avaler, puisque les abonnés, lorsqu'ils ne peuvent pas se rendre au stade s'ils travaillent en semaine, "sont privés de quelque chose qu'ils ont payé".
 

Nous on vit une passion, on a envie de la vivre, pas de la regarder devant un poste de télévision.

 
durée de la vidéo: 00 min 18
Nîmes : "on est comme des gamins et on nous casse nos rêves" ©France 3 Occitanie




Face à cette situation, les joueurs du Nîmes Olympique compatissent, à l’image de Clément Depres. "Nous avons rêvé de cette Ligue 1 pour voir ces magnifiques stades. Pour les découvrir et y jouer, mais avec nos supporters. Messieurs les préfets, laissez-nous vivre notre passion avec ceux qui en ont le plus", at-il écrit sur Twitter, accompagnant son message du hashtag "ridicule".
 
 
Ligue 1 : la colère monte chez les supporters du Nîmes Olympique ©France 3 Occitanie

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nîmes olympique football sport ligue 1 om