Nouvelle gare de Nîmes/Manduel : bras de fer entre la Région Occitanie et la SNCF autour du coût de la desserte TER

Depuis 2 mois, la nouvelle gare TGV de Nîmes/Pont-du-Gard, à Manduel, est en service. Et avec elle, des navettes ferroviaires la reliant à la gare de Nîmes Centre. Mais la Région Occitanie conteste la facture présentée par la SNCF pour cette desserte.

44 TER desservent la nouvelle gare de Nîmes/Manduel
44 TER desservent la nouvelle gare de Nîmes/Manduel © Esmeralda Terpereau, France 3 Occitanie
Depuis décembre 2019, la gare de Nîmes Centre est reliée à la nouvelle gare TGV de Nîmes/Pont-du-Gard, à Manduel, par une navette ferroviaire. Le trajet dure 8 minutes. Mais la Région Occitanie, qui a investi dans cette desserte, conteste la facture présentée pour celle-ci par la SNCF.


44 TER financés par la Région


Car le Conseil Régional estime avoir été contraint et forcé de financer ce raccordement des deux gares, alors même qu'il était opposé au principe de la nouvelle gare TGV, comme l'explique Jean-Luc Gibelin, le vice-président de la Région en charge des transports :
 

Nous maintenons nos critiques sur cette gare TGV, mais nous sommes réalistes : cette gare existe, des usagers l'utilisent, certains sont même contraints de le faire car aujourd'hui il y a des horaires TGV qui ne passent que par cette gare. Donc [...] dans le souci de répondre aux besoins des usagers, nous avons mis 44 TER sur cette ligne.


Desserte locale et correspondances


Côté usagers, justement, certains voyageurs en correspondance ne savent pas qu'ils doivent emprunter cette navette, tandis que les usagers locaux, eux, ont bien mémorisé ce nouveau service et l'utilisent déjà quotidiennement pour leurs trajets domicile-travail.
 


Différend sur l'addition


Une ligne qui a un coût : la SNCF présenterait une facture d'un million d'euros à la Région Occitanie. Une addition que cette dernière juge 6 à 7 fois trop élevée. Elle dit envisager d'engager une procédure. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports sncf région occitanie politique polémique société trains régionaux ter finances lgv