• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Réforme du permis de conduire : “Il y a de la place pour tout le monde” pour la députée Françoise Dumas

"Ce qu'il faut, c'est que tout le monde puise passer le permis," explique Françoise Dumas. Les auto-écoles sont vent debout contre le rapport de la députée du Gard (LREM), remis au Premier ministre vendredi. Elle s'est expliquée ce matin sur France Bleu Gard Lozère. / © IP3 PRESS/MAXPPP
"Ce qu'il faut, c'est que tout le monde puise passer le permis," explique Françoise Dumas. Les auto-écoles sont vent debout contre le rapport de la députée du Gard (LREM), remis au Premier ministre vendredi. Elle s'est expliquée ce matin sur France Bleu Gard Lozère. / © IP3 PRESS/MAXPPP

"Ce qu'il faut, c'est que tout le monde puise passer le permis," explique Françoise Dumas. Les auto-écoles sont vent debout contre le rapport de la députée du Gard (LREM), remis au Premier ministre mardi. Elle s'est expliquée ce matin sur France Bleu Gard Lozère.

Par Olivier Le Creurer

Les auto-écoles ont débuté lundi matin leurs opérations escargots en région parisienne pour protester contre une "ubérisation" du permis de conduire, menacé selon elles par un rapport parlementaire qui pourrait favoriser les plateformes en ligne.
 

Vent debout


Les trois organisations de la profession (CNPA, Unidec, Unic) sont vent debout contre le rapport de la députée du Gard (LREM) Françoise Dumas, remis au Premier ministre vendredi et qui n'a pas encore été rendu public. Elles s'étaient déjà alarmées en novembre des déclarations d'Emmanuel Macron annonçant une "baisse drastique" du coût du permis.
 



"Ma feuille de route, c'était de rendre accessible le permis en terme de coût, sur tous les territoires et pour tous les publics car il y a énormément de gens qui ne passent pas le permis. Il y a 600.000 personnes aujourd'hui en France qui roulent sans permis et il y a un quart des jeunes qui renoncent à des emplois parce qu'ils n'ont pas les moyens de se payer le permis de conduire," explique Françoise Dumas au micro de France Bleu Gard Lozère. 

Ma feuille de route, c'était de rendre accessible le permis en terme de coût, sur tous les territoires et pour tous les publics car il y a énormément de gens qui ne passent pas le permis


Les syndicats redoutent une "ubérisation" de leur métier avec un agrément qui deviendrait national et abandonnerait l'obligation d'avoir un local. De quoi favoriser les plateformes en ligne, qui emploient des moniteurs auto-entrepreneurs.

Il y a de la place pour tout le monde. Ma ligne de conduite est que le rapport puisse profiter à tout le monde


"Il y a de la place pour tout le monde. Ma ligne de conduite est que le rapport puisse profiter à tout le monde. On prévoie des mesures fiscales qui permettraient de réduire les coûts. Il y a un certain nombre d'heure qui pourraient être passées via des simulateurs pour réduire les coûts. En moyenne, il faut 35 heures pour obtenir le permis." 

Il y a un certain nombre d'heure qui pourraient être passées via des simulateurs pour réduire les coûts


Pour financer un "permis à zéro euro", la profession propose "d'affecter la recette des radars au permis de conduire". Les syndicats suggèrent également d'autres pistes pour faire baisser le prix -1.800 euros en moyenne selon l'UFC-Que Choisir en 2016- du papier rose: une baisse de la TVA, le développement de cours collectifs et des simulateurs de conduite, une meilleure orientation vers les dispositifs d'aide (compte personnel de formation, permis à un euro...).

C'est tout un système qu'il faut revoir. Il faut à la fois du 2.0 mais il faut aussi de la relation humaine


"C'est tout un système qu'il faut revoir. Il faut à la fois du 2.0 mais il faut aussi de la relation humaine et le rapport est fait pour les moniteurs d'auto-écoles aient leur place," assure la députée du gard qui remettra son rapport au 1er ministre ce mardi.  

 

Sur le même sujet

Une proposition de loi pour améliorer la sécurité aux passages à niveau

Les + Lus

Les + Partagés