Cet article date de plus de 3 ans

Un riziculteur du Gard se lance dans la production du riz à saké

Un riziculteur gardois, Bernard Poujol, se lance dans la production du riz pour le saké, le célèbre alcool japonais à base de riz. Une première en France réalisée en Camargue.
Bernard Poujol dans son champ de riz à Saint Gilles, dans le Gard - octobre 2017
Bernard Poujol dans son champ de riz à Saint Gilles, dans le Gard - octobre 2017 © France 3 LR
Bernard Poujol, habite à Saint-Gilles, dans le Gard, depuis 1988 il cultive du riz alimentaire. L’an dernier, il se met en tête de faire pousser sur ses 3000m² de terrain du riz sakamaï, une céréale qui sert au brassage du saké, le célèbre alcool japonais à base de riz. Ce sont deux brasseurs qui lui ont fourni les semences venues du Japon.

Ce sakamai c’est une expérimentation car les japonais ont eu une confiance dans leur projet de brasserie à saké et ils leurs ont confié 20 kilos de semences spécifiques pour faire du saké.


Le reportage de Daniel Moine et Olivier Brachard 
durée de la vidéo: 02 min 17
Camargue : un riziculteur du Gard se lance dans la production du Saké ©France 3 LR

Pour cultiver ce riz à Saké, Bernard Poujol, utilise une méthode traditionnelle japonaise qui plus est écologique. Le désherbage par des canards mulards plus connus pour produire un foie gras fin et savoureux.

Pour cultiver son à saké, Bernard utilise une technique traditionnelle japonaise : le désherbage par des canards - octobre 2017
Pour cultiver son à saké, Bernard utilise une technique traditionnelle japonaise : le désherbage par des canards - octobre 2017 © France 3 LR

Cette expérimentation qui devrait permettre à ce gardois de récolter une petite tonne de riz Sakamaï bio est une initiative individuelle. A aucun moment, il n'a reçu l'aide ou l'appui des divers organismes de l'état.

Le riz de Bernard Poujol rejoindra bientôt une brasserie du Tarn en cours de construction. La brasserie de Stéphane et Christophe Fernandez. 
Les deux frères brasseront le saké cet hiver avec l'aide d'une brasseuse japonaise. Si l'essai est concluant, les premières bouteilles de ce Saké 100% français pourraient être commercialisées en mai prochain.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
camargue agriculture économie alcool société international agriculture bio agro-alimentaire sorties et loisirs