Un gendarme et sa subordonnée surpris dans une situation équivoque dans une voiture de patrouille : l'ancien adjudant condamné pour agression sexuelle

Un ancien adjudant de gendarmerie de 55 ans a été condamné, le jeudi 6 juin 2024, à 15 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Toulouse pour avoir agressé sexuellement en 2021 une gendarme adjoint volontaire de 23 ans. Les faits se sont déroulés dans un véhicule de patrouille à Saint-Girons (Ariège) et ont été découverts par une autre équipe en patrouille.

Un ancien adjudant de gendarmerie de 55 ans a été condamné à 15 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Toulouse, le 6 juin 2024, pour avoir agressé sexuellement une gendarme adjoint volontaire de 23 ans en février 2021 à Saint-Girons (Ariège).

Les faits se sont produits dans un véhicule de patrouille, lorsqu'une autre équipe a surpris la jeune femme sur les genoux de son supérieur hiérarchique dans une position équivoque, comme le rapporte le quotidien La Dépêche du MidiBien que l'adjudant ait plaidé une relation consentie, la victime a déposé plainte pour agression sexuelle.

Une tentative de suicide

Durant l'audience, l'accusé a maintenu que la jeune gendarme était d'accord, évoquant des sourires et acquiescements de sa part. Mais pour l'accusation, il a "interprété et surinterprété" tous les signaux positifs dans un sens sexuel sans y être autorisé.

Après l'interruption de la scène par les collègues, la victime a même sorti son arme de service, envisageant de se suicider par peur des conséquences, toujours selon le journal local. Le procureur a requis 15 mois avec sursis, peine finalement prononcée par le tribunal qui a reconnu l'adjudant coupable d'agression sexuelle par personne abusant de l'autorité que lui confèrent ses fonctions.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité