Casse de Bessières : le “gang des égoutiers” sous les verrous

Le tunnel percé par les malfaiteurs en mars 2014 / © Gendarmerie
Le tunnel percé par les malfaiteurs en mars 2014 / © Gendarmerie

Après 3 jours de garde à vue, les enquêteurs en sont convaincus : ils ont démantelé mardi dernier le gang qui avait braqué le Crédit Agricole de Bessières (Haute-Garonne) en mars 2014 en passant par les égoûts et en creusant un tunnel. Les premières mises en examen ont eu lieu. 

Par F. Valéry avec B. Frédiani

On commence à en savoir un peu plus sur la manière dont s'est préparé le gang des égoutiers qui a sévi à Bessières au nord de Toulouse en mars 2014. Le "travaux" du tunnel qu'ils avaient creusé depuis les égoûts jusqu'à la salle des coffres du Crédit Agricole, ont duré un an, selon le procureur de Bordeaux.

Sur les 14 personnes qui ont été interpellées mardi principalement en région toulousaine mais aussi à Paris, Tours et Reims, 7 ont été déférées dont deux ont été déjà mises en examen jeudi. 
L'ITW du commandant de la section de recherches
L'enquête sur le casse de Bessières avance à grands pas. Treize personnes ont été interpellées mardi, les premières mises en examen ont été prononcées aujourd'hui. L'interview du Colonel Eric Matyn, commandant la section de recherches de la gendarmerie de Toulouse

Les enquêteurs sont maintenant persuadés qu'ils ont mis la main sur la plupart des membres du "gang des égoutiers". Il s'agit de personnes de 30 à 55 ans, tous "établis" dans la région toulousaine et qui avaient pour la plupart été condamnés dans des affaires de vols à main armée. 

En mars 2014, des cambrioleurs avaient dévalisé sans être inquiétés cette agence bancaire de Bessières au nord de Toulouse, durant le week-end, en empruntant un tunnel creusé sur une trentaine de mètres à partir d'une canalisation de la ville débouchant sur la salle des coffres.

Dans cette petite commune rurale de 3.000 habitants, l'alerte n'avait été donnée que que le mardi matin 18 mars, à la réouverture de l'agence Crédit agricole, fermée depuis le samedi précédent.

Le cambriolage avait été commis à la manière du "casse du siècle" mené à Nice en 1976 : le malfaiteur Albert Spaggiari et ses complices avaient alors dévalisé la Société générale après avoir creusé un tunnel d'accès depuis les égouts, jusqu'à la salle des coffres.

Sur le même sujet

Sète (34) : les Assises de la mer et la visite du ministre de l'Agriculture

Les + Lus