• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Les coups de coeur de Marie-Sophie Lacarrau au festival de Luchon

© VH / France 3 Midi-Pyrénées
© VH / France 3 Midi-Pyrénées

Journaliste à France 3 Midi-Pyrénées, Marie-Sophie Lacarrau a vu tous les films en compétition. Elle votera également pour le prix Isabelle Nataf. Voici quelques-uns de ses coups de coeur.

Par MSL / VH

Les yeux ouverts pour l'histoire et l'inter​prétation

"Les yeux ouverts" raconte l'histoire d'un couple d'aveugles très amoureux. L'un d'eux va retrouvrer la vue, ce qui bien évidemment va avoir bien des conséquences sur l'intimité de chacun, la vie de famille. L'interprétation de Clémentine Célarié et Antoine Duléry est juste bluffante. Leur jeu nous fait parfaitement entrer dans l'intrigue. On s'attache à eux, à leur tendresse, on a envie que leur bonheur dure même si on se doute que cela va être compliqué. Tout est bien amené, sans longueur, sans lourdeur avec quelques scènes particulièrement belles : celle où Antoine Duléry voit ses enfants pour la première fois par exemple, ainsi que celle où il découvre sa femme, nue, à la lueur d'un briquet. Magnifique.

Vogue la vie pour l'optimisme

Sujet sensible et difficile pour ce téléfilm qui parle du cancer du sein au travers de femmes, malades, qui se lancent dans une compétition de kayak. On en ressort avec une pêche et une énergie incroyables. Vogue la vie est un film de bande, et j'aime ça. Mehdi Nebbou, qui interprète l'entraîneur est juste épatant. La difficulté du sujet n'est pas évité, elle est même bien exprimée au travers d'un moment touchant, celui où une partie de ces femmes se retrouvent sous la douche et baissent leur maillot de bain, malgré les séquelles des opérations. Emouvant.

Un père coupable pour l'intrigue

Claude (Bruno Wolkowitch) est accusé du meurtre de sa fille dans un petit village. Sa maîtresse Florence (Marianne Bassler) peut prouver son innocence mais au risque de tout perdre. Voilà pour l'histoire simplifiée. Les polars en général ne sont pas ma tasse de thé mais celui-ci est très bon. On adhère complètement à l'histoire et à l'envie de cette femme de sauver l'homme qu'elle aime. La photo et la lumière de ce téléfilm sont particulièrement réussies, très belles, très
esthétiques.

La boule noire pour Bernard Campan

Un téléfilm tiré d'un livre de George Simenon qui retrace les difficultés d'intégration dans un milieu provincial. Bernard Compan y interprète à nouveau un rôle dramatique dans lequel il est, encore une fois, très convaincant. Mention spéciale aussi pour la reconstitution particulièrement réussie de l'ambiance et des décors des années 70. On s'y croirait.

Pour savoir quel téléfilm sera primé au festival, retrouvez la cérémonie en direct dès ce soir sur le site de France 3 Midi-Pyrénées

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus