21 septembre 2001, 10h17 : dix-neuf ans plus tard, Toulouse se remémore l'explosion de l'usine AZF

Il y a dix-neuf ans, Toulouse connaissait la pire catastrophe industrielle depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Trente-et-une personnes sont mortes et des milliers ont été blessées, dans l'explosion de l'usine chimique AZF. Et près de vingt ans plus tard, les blessures restent vives.
L'explosion du hangar 221 de l'usine AZF, le 21 septembre 2001, a fait 31 morts et des milliers de blessés.
L'explosion du hangar 221 de l'usine AZF, le 21 septembre 2001, a fait 31 morts et des milliers de blessés. © Eric Cabanis/AFP
A Toulouse, chacun sait précisément où il était et ce qu'il faisait, le vendredi 21 septembre 2001, à 10h17. Une date et une heure gravées à jamais dans la mémoire toulousaine.

Ce jour-là, le hangar 221 de l'usine AZF qui contient un stock de nitrate d'ammonium explose. Le bilan est catastrophique : 31 morts et plus de 20 000 blessés. Des quartiers ravagés. 80 000 Toulousains sinistrés.

Dix-huit ans d'actions judiciaires

Alors que la ville rose se relève lentement, les Toulousains n'imaginent pas que les réponses à leurs questions mettront dix-huit ans à arriver. L'action judiciaire en effet a pris fin le 17 décembre 2019.

Mais avant cela, il y aura eu trois procès, deux à Toulouse et le dernier à Paris. Trois procès-fleuve (quatre mois et demi chacun), des milliers de parties civiles, et des positions antagonistes, que l'on croit à la thèse officielle (explosion provoquée par le mélange accidentel de deux produits incompatibles fabriqués dans l'usine) ou qu'on la mette fortement en doute. 

Aujourd'hui donc, la justice a tranché. La cour de cassation a confirmé fin 2019 les condamnations pour homicides involontaires des anciens dirigeants de l'usine : 15 mois de prison avec sursis pour l'ancien directeur du site Serge Biechlin et une amende pour la société Grande Paroisse, filiale de Total et propriétaire de l'usine.

Les Toulousains se souviennent

Ce lundi 21 septembre 2020, c'est donc la première fois que les Toulousains vont commémorer l'anniversaire de l'explosion de l'usine AZF, avec à l'esprit ces condamnations définitives. Mais toutes les blessures ne sont pas pour autant refermées, près de vingt après la catastrophe.
Comme chaque année, les associations se recueilleront en ordre dispersé. Les membres de l'association des sinistrés du 21 septembre 2001 par exemple refusent toujours de se souvenir aux côtés des élus et des représentants de Total et se retrouveront à 9h45 sur le rond-point du 21 septembre. Tandis que la cérémonie officielle devrait avoir lieu à partir de 10 heures, au mémorial d'AZF.

L'immense friche industrielle d'AZF est elle devenue une vaste centrale solaire, la plus importante d'Europe. De l'usine, il ne reste aujourd'hui qu'une maison de gardien, et le cratère formé par l'explosion, scellé judiciaire au sujet duquel la justice doit se prononcer prochainement.
AZF en quelques dates
  • 21 septembre 2001 : explosion de l'usine AZF de Toulouse. 31 morts, parmi lesquels une grande majorité de salariés, 22 000 blessés, 80 000 sinistrés.
  • 2009 : le tribunal correctionnel de Toulouse, après avoir prononcé un jugement sévère, relaxe les prévenus, faute de preuve matérielle.
  • 2012 : la cour d'appel de Toulouse condamne l'ancien directeur de l'usine AZF à trois ans de prison dont deux avec sursis et 45 000 euros d'amende, et Grande Paroisse à 225 000 euros d'amende. 
  • 2017 : l'ancien directeur de l'usine AZF est condamné à 15 mois de prison avec sursis et 10 000 euros d'amende, la société Grande Paroisse à 225 000 euros d'amende. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
procès azf justice société industrie économie