À Tournefeuille, près de Toulouse, le prix de la cantine scolaire explose et les parents d’élèves explosent… de colère

Les parents d’enfants scolarisés à Tournefeuille sont encore sous le choc de la nouvelle. La mairie leur a annoncé à la mi-mai qu’en septembre 2021, les tarifs de la cantine et de l’accueil périscolaire allaient augmenter considérablement. La note est salée pour certains foyers.

Les prix de la cantine et de l'accueil périscolaire vont augmenter de manière très significative dans les écoles de Tournefeuille, près de Toulouse. Une décision qui ne manque pas d'attiser la colère des parents d'élèves, mis devant le fait accompli.
Les prix de la cantine et de l'accueil périscolaire vont augmenter de manière très significative dans les écoles de Tournefeuille, près de Toulouse. Une décision qui ne manque pas d'attiser la colère des parents d'élèves, mis devant le fait accompli. © MaxPPP / Guillaume Bonnefont

Un budget cantine et activités ALAE (Accueil de Loisirs Associé à l'École) qui va tripler voire quadrupler pour certains foyers, en fonction du quotient familial… la pilule est difficile à avaler pour certains parents d’élèves de Tournefeuille, ville de la métropole de Toulouse.

Une note d’information de la mairie leur a annoncé cette « décision votée à l’unanimité du Conseil municipal ». Une première réunion le 10 mai dernier, avec les élus de la ville, notamment l’adjointe à l’éducation Rachida Lucazeau, ne leur apporte pas d’éléments justifiant cette augmentation importante. Elle est suivie d’une seconde réunion, le 28 mai, à laquelle assiste le maire Dominique Fouchier, qui n'est pas plus satisfaisante ou rassurante. La  municipalité confirme que la décision est « non négociable ». Mis devant le fait accompli, les parents ne décolèrent pas.

Des tarifs qui flambent et des parents d’élèves «sous le choc»

Delphine*, maman de deux enfants de 5 et 8 ans, scolarisés à l’école du château de Tournefeuille, et également déléguée FCPE (association de parents d’élèves) avoue être « tombée de haut ». Elle explique que la répartition des coûts se fera désormais en 10 classes, en fonction de la rémunération parentale et du quotient familial.

Les tranches allant de 1 à 5 auront donc des frais moins importants pour la cantine et les activités périscolaires de leurs enfants alors que les tranches intermédiaires et hautes, de 6 à 10, seront particulièrement impactées par les augmentations de tarifs. Avec cette nouvelle répartition, le "taux d’effort" le moins élevé concerne la tranche 1 à 1,7% et le plus élevé de 3,6 % pour les revenus à partir de 6.000€ mensuels.

« De la tranche 6 à 10, les tarifs vont tripler voire quadrupler. Sur la dernière tranche, pour l’Alae du soir, le tarif passera de 1€ à 4€ par jour et par enfant ! Une journée pendant les vacances scolaires passera de 10€ à 16€, c’est édifiant. Ce sont des augmentations exorbitantes" s'exclame Delphine, maman d’élèves scolarisés en maternelle et élémentaire à Tournefeuille.

Cette maman d’élèves, indique que la FCPE a établi un tableau comparatif des tarifs des communes voisines comme Cugnaux, Colomiers, Blagnac, Pibrac ou encore Toulouse. La comparaison est frappante.

Pour donner un ordre d’idée, l’Alae du soir reviendra pour la tranche 10, la plus impactée, à 4€ à Tournefeuille contre 0,70€ à Toulouse, 0,75€ à Colomiers ou 1,43€ à Pibrac.

Delphine, parent d'élèves et déléguée FCPE à Tournefeuille, en Haute-Garonne.

Même son de cloche chez une autre maman de Tournefeuille. Hélène* a également deux enfants de 5 et 7 ans, scolarisés dans cette ville, à l’école du château également :
« L’information est tombée comme un couperet. Il n’y a pas eu de concertation préalable. Nous sommes mis devant le fait accompli ! Nous sommes déconcertés par l’ampleur des augmentations, qui plus est pour une prestation franchement pas terrible pour les centres de loisirs pendant les vacances scolaires. Les classes intermédiaires comme nous sont « bombardées ». À vrai dire, je n’ose même pas faire les calculs, j’espère encore un changement mais les choses semblent actées ».

Delphine, elle, a fait les calculs. Et ils sont plus que parlants : 78% d’augmentation pour le budget cantine et activités périscolaires de ses deux enfants.

En additionnant l’Alae du matin, du midi et du soir, la cantine et la garde du mercredi après-midi, le coût initial était de 120€ par enfant, il va passer à 214€ par enfant, soit un budget mensuel de 428€ au lieu de 214€ !

Delphine, maman de deux enfants et déléguée FCPE à Tournefeuille

Les raisons avancées pour justifier ces augmentations tarifaires significatives

La mairie de Tournefeuille passe par un intermédiaire, Léo Lagrange, pour gérer le périscolaire et l’accueil du midi sur le temps de cantine. Un intermédiaire qui coûterait donc plus cher aux parents. La mairie justifie ces changements dans la grille tarifaire en avançant un surcoût de 400 000€ suite à l’appel d’offre avec Leo Lagrange, un investissement de 100 000€ pour privilégier la qualité, le bio et la filière courte dans les cantines et également un nombre d’animateurs par enfant qui aurait augmenté.

Ces explications ne satisfont pas les parents d'élèves de Tournefeuille : « Nous ne comprenons pas ce surcoût, il nous semblait qu’un appel d’offres était censé permettre de faire jouer la concurrence et d’obtenir le meilleur tarif. Et l’augmentation du prix de la cantine est presque anecdotique par rapport au reste, comme l’Alae du soir ou le centre de loisirs pendant les vacances scolaires. Les 3/4 des enfants restent à l’accueil périscolaire après l’école, les parents n’ayant pas d’autre solution » À l’école du château de Tournefeuille où sont scolarisés ses deux enfants, 100 enfants sur 140 en tout sont en effet inscrits le soir.

Cette mère de famille ajoute: « On nous a dit que la réévaluation n’était pas applicable en 2020 à cause du Covid mais en 2021 le Covid est toujours là, 2020 était surtout l’année des élections!».

La mairie de Tournefeuille, contactée par France 3 Occitanie, ne souhaite pas s’exprimer en profondeur sur le sujet à ce stade, des discussions étant toujours en cours avec les parents d’élèves. Elle indique toutefois que « l’objectif est d’harmoniser les taux d’efforts dans toutes les tranches », confirmant que cette grille tarifaire sera bien applicable en septembre prochain.
« Aucun consensus n’a pu être trouvé avec les parents pour l’heure. De nouvelles pistes seront étudiées et proposées en janvier 2022, comme par exemple la possibilité de créer des tranches supplémentaires pour lisser le taux d’effort » indique la mairie de Tournefeuille en Haute-Garonne.

Trouver des solutions alternatives pour ne pas «plomber le budget familial»

Delphine, Hélène, comme tous les parents concernés, ancitipent déjà sur la manière de gérer cette nouvelle donne à la rentrée prochaine.

« Je travaille, le soir et les vacances scolaires, on ne peut faire autrement, nous n’avons pas d'autre choix en fait. Nous devons courber l’échine et l’Alae du soir a un coût énorme. On peut presque réfléchir à prendre une nounou pour plusieurs enfants. Par chance, mamie peut nous seconder le mercredi mais pas sur toutes les vacances scolaires. Le télétravail n’est pas une solution. J’ai envisagé de passer au 4/5ème mais cela va faire mal au budget de toute façon et on est très remontés ! ».

Sans réelle solution pour le moment, les parents digèrent la nouvelle. La nouvelle grille tarifaire s’appliquera donc dans un premier temps à la rentrée de septembre 2021. La réflexion se poursuit entre les parents d’élèves et la mairie pour aboutir à une modification au 1er janvier 2022.

[MAJ le 4 juin à 15h] - Évolution du dossier

Moins de 24 heures après la publication de notre article, le dossier a évolué. La nouvelle grille tarifaire est finalement abandonnée et ne sera pas applicable au 1er septembre 2021. C’est ce que le maire de Tournefeuille, Dominique Fouchier, a annoncé aux représentants des parents d’élèves ce vendredi, suite à une réunion commune.
Des informations que le maire a confirmé à France 3 Occitanie lors d’un entretien téléphonique :
« Nous avons pris la mesure du mécontentement des familles et je proposerai donc au conseil municipal du 8 juillet prochain la suspension de cette décision. Ce qui devait être un ajustement des tarifs a, dans ce contexte covid, soulevé beaucoup de questions qui vont être étudiées ».

* Les prénoms des mamans ont été changés à leur demande pour préserver leur anonymat.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société économie alimentation jeunesse famille finances