Airbus a dévoilé le CityAirbus NextGen, un nouveau concept de taxi volant urbain

À l'occasion d'une conférence sur l'aviation durable, Airbus a présenté un taxi volant. Électrique, il serait capable de transporter quatre passagers à une vitesse de croisière de 120 km/h sur un rayon de 80 km.

Le marché de la mobilité aérienne urbaine (UAM pour Urban Air Mobility) est en plein essor. L'enjeu est primordial pour le secteur aérien et les constructeurs aéronautique conscients d'alléger ainsi leur empreinte carbone. Pour cela, ils cherchent à diminuer leurs impacts environnementaux et réduire leurs émissions de gaz à effets de serre. 

Un nouveau concept de taxi volant

Lors d'une conférence sur l'aviation durable, mardi 21 septembre 2021, Airbus a annoncé son intention de construire un véhicule entièrement électrique. Un nouveau concept de taxi volant urbain. En forme d'hélicoptère, baptisé CityAirbus Nextgen, il serait capable de transporter quatre passagers à une vitesse de croisière de 120 km/h, dans un rayon d'action de 80 km. "Nous sommes en quête de la co-création d'un marché entièrement nouveau qui intègre durablement la mobilité aérienne dans les villes tout en répondant aux préoccupations environnementales et sociales", a déclaré le PDG d'Airbus Helicopters Bruno Even, dans un communiqué.

 


"C’est la première fois que l'on fait vraiment un véhicule qui vole avec zéro émission en opération. Donc, ça veut dire que le véhicule est basé sur des batteries. On travaille avec la nouvelle génération des batteries pour faire en sorte que pendant toute la partie du vol, il n’y ait pas d’émissions au niveau CO2", a expliqué Markus May, directeur général d’Urbain air mobility chez Airbus.

Ce genre de véhicule ne va pas atterrir dans votre jardin. Il faut une infrastructure derrière. Et la vision c’est de lier ce genre d’infrastructure avec les transports d’aujourd’hui. Donc l’idéal ça serait qu'il soit connecté à une station de métro ou à un parking.

Markus May, directeur général d'Urban air mobility, Airbus

Le directeur général de la mobilité aérienne urbaine d'Airbus confirme que c'est un moyen de transport de personnes "pour connecter deux points qu’on ne peut pas connecter aujourd’hui. Ça peut être un aéroport qui est connecté au centre-ville avec une connexion rapide. Ça peut être deux endroits distincts dans la ville qui peuvent être connectés. Ou même une connexion régionale". 

C’est une nouvelle technologie comme le premier portable, comme la première voiture. Au début ça va être certainement un marché de niche. Mais notre ambition est très claire. Elle est de le démocratiser et rendre un service au public, aux gens qui habitent dans les villes.

Markus May, directeur général d'Urbain air mobility, Airbus

 

Pour le moment, il n'y aura que trois passagers avec un pilote en attendant que les vols autonomes soient à un bon niveau standard de sécurité comme l'explique Balkiz Sarihan, cheffe de la stratégie d’Urbain air mobility chez Airbus. "Quand l’autonomie sera prête, quand les acceptations sociales et les standards de sécurité seront à un bon niveau alors on pourra avoir un véhicule autonome qui pourra transporter quatre passagers. Mais pour commencer ce sera trois passagers en plus du pilote."

L'objectif est de ne pas dépasser 65 dB en vol et 70 dB à l'atterrissage

Le concept dévoilé par l'avionneur est doté d'ailes fixes, d'hélices, de huit moteurs électriques et d'une queue en forme de V. Airbus indique prendre en compte un certain nombre de contraintes liées à l'environnement urbain dans lequel l'appareil pourrait évoluer à l'avenir. Notamment celle du bruit, l'objectif est de ne pas dépasser 65 dB en vol et 70 dB à l'atterrissage.

Le premier vol est attendu pour 2023 et la potentielle mise en service à partir de 2025.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
airbus économie entreprises aéronautique transports transports aériens