Animaux maltraités, atteintes à la conservation d'espèces protégées, détournement de fonds : le directeur d'un refuge pour tortues en garde à vue

Mardi 23 avril, le directeur d'un refuge de tortues, à Bessières (Haute-Garonne), a été placé en garde à vue, avec trois autres personnes. L'homme est soupçonné d'avoir recours à des pratiques illégales, concernant les animaux du refuge, et de détournement de fonds.

Ils sont une soixantaine, mardi 23 avril, à débarquer au refuge des tortues de Bessières (Haute-Garonne) : des enquêteurs de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et de l'Office français de la biodiversité, entre autres, épaulés par les gendarmes du département. Le directeur du refuge est arrêté et placé en garde à vue, ainsi que trois autres personnes. Des perquisitions sont également menées. 

Une enquête préliminaire en cours

Cette opération judiciaire a été déclenchée par le procureur de la République, dans le cadre d'une enquête préliminaire menée depuis plusieurs mois. Des signalements avaient été faits au sujet de pratiques illégales de la part de la direction du refuge. Il est question de conditions de conservation et d'hébergement irrégulières d'animaux protégés et de la remise en liberté de spécimens d'espèces envahissantes dans la nature.

Des espèces rares de tortue auraient été mises en vente illégalement et d'autres auraient été maltraités. Les enquêteurs vont aussi vérifier si les conditions de conservation de certains animaux porteurs d'un parasite auraient favorisé sa transmission à d'autres spécimens. De son côté, l'École nationale vétérinaire de Toulouse a été sollicitée pour son expertise afin d'identifier les différents spécimens de tortue. 

Sept chefs d'accusation

La direction est également soupçonnée d'avoir détourné des fonds au préjudice du refuge. Les personnes arrêtées encourent une peine maximale de 7 ans de prison et 750 000 euros d'amende. Sept chefs d'accusation pourraient être retenus. En parallèle, l'association Stéphane Lamart a annoncé porter plainte contre les dirigeants du refuge. 

Le refuge a été créé par Jérôme Maran, qui le dirige depuis son ouverture. Il héberge 1600 tortues, terrestres et aquatiques, menacées de disparition.