Le Beluga XL d'Airbus devrait effectuer son premier vol fin juillet à Toulouse

Le Beluga XL lors de son premier roll-on à Toulouse en janvier / © P. Masclet / Airbus
Le Beluga XL lors de son premier roll-on à Toulouse en janvier / © P. Masclet / Airbus

Selon Airbus, le nouveau cargo de transports de pièces d'avion, le Beluga XL pourrait effectuer son premier vol en juillet. 

Par Fabrice Valery

Jusqu'à présent, Airbus parlait de "l'été 2018" pour le vol inaugural du Beluga XL. Désormais, selon une source au sein de l'avionneur européen, la fenêtre de tir s'est rétrécie et c'est désormais "courant juillet" que le nouveau transporteur pourrait décoller pour la première fois de Toulouse Blagnac, sans doute vers la fin du mois de juillet. 

Dans les jours qui viennent, en fonction de l'avancée du programme, les dates seront encore plus affinées et on connaîtra alors les jours précis cochés sur le calendrier d'Airbus pour faire voler le Beluga XL, le tout étant susceptible d'être modifié notamment en fonction des conditions météorologiques. 

L'appareil a effectué son premier roulage en janvier dernier, dévoilant pour la première fois son profil impressionnant.

Ces derniers jours, le premier des 5 exemplaires qui seront construits subissaient des tests au sol, comme le montre cette vidéo mise en ligne par Airbus, où l'on voit notamment la voilure subir des vibrations pour tester sa résistance : 
Tests vibrations au sol du Beluga XL

Le Beluga XL est amené à remplacer le Beluga, construit sur les bases d'un A300. Il sera plus large, permettant notamment de transporter une paire de voilure d'A350. 

Si cet appareil n'est pas commercialisé, il est tout de même un symbole fort pour Airbus : il permet évidemment de gagner du temps dans le transport des morceaux d'avions entre chaque usine et notamment de les rapatrier sur les chaînes d'assemblage à Toulouse ; il montre aussi la technicité d'Airbus dans des programmes atypiques. Enfin, et ce n'est pas négligeable, il véhicule une identité plutôt sympathique.

Depuis des années, les Toulousains ont pris l'habitude de voir passer ce drôle de cétacé volant au-dessus de leur tête. Il leur faudra bientôt s'habituer à son successeur. 

 

Sur le même sujet

Baillargues : fermeture d’un des passages à niveau les plus dangereux de France

Les + Lus