Compostage : on vous explique pourquoi il va être obligatoire de trier ses déchets alimentaires à partir du 1er janvier 2024

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvain Duchampt .

La loi anti-gaspillage va rendre obligatoire au 1er janvier 2024 le tri de vos déchets alimentaires afin de les transformer en compost. Les particuliers vont devoir adopter de nouveaux comportements et les collectivités vont devoir trancher sur l'organisation de cette nouvelle filière.

Du 2 novembre au 1er décembre 2022, les membres du Réseau compost citoyen ( RCC)  venus des quatre coins de la France se sont réunis à Mèze dans le département de l'Hérault. Au cœur des discussions, une révolution dans le secteur des déchets : l'obligation pour les particuliers de trier leurs déchets alimentaires à partir du 1er janvier 2024.  Quelles conséquences pour la population ?  Quels avantages pour l'environnement ?  Quel rôle pour les collectivités ?  Éléments de réponse.  

Que se passe-t-il à partir du 1er janvier 2024 ?

Personne ne pourra y échapper.  À partir du 1er janvier 2024, tous les foyers français devront trier leurs biodéchets, puis les transformer en compost ou les apporter dans des points de collecte mis en place par les collectivités.

"Cette obligation vise à proposer un troisième flux de déchets, explique Emilie Fazzini, codirectrice de l'association Humus et associés. Actuellement, les biodéchets représentent 30% des poubelles des habitants. C’est une énorme part des flux de déchets qui vont être incinérés ou enfouis, au lieu d'être valorisés." Le compost, issu de ces déchets ménagers, peut ainsi servir à nourrir les sols au lieu qu'ils soient détruits.

Qu'entend-on par biodéchets ?

La loi donne une définition stricte de ce terme. Les biodéchets sont " les déchets non-dangereux biodégradables de jardin ou de parc, les déchets alimentaires ou de cuisine provenant des ménages, des bureaux, des restaurants, du commerce de gros, des cantines, des traiteurs ou des magasins de vente au détail, ainsi que les déchets comparables provenant des usines de transformation de denrées alimentaires."

Chez les particuliers, les épluchures de légumes ou de fruits, le marc de café ou les boîtes à œufs en carton, les coquilles de crustacés ou de noix et noisettes sont des biodéchets utilisables pour le compostage. Mais attention, il faut être vigilant. En novembre 2022, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation ( Anses)  alerte sur les plastiques à usage unique dits "biodégradables" ou "compostables". Leur dégradation totale dans des composteurs n'est pas garantie. Ils peuvent donc s'avérer dangereux pour l'environnement.  

Qui va s'occuper de cette nouvelle filière de déchets ?

"Cette obligation repose sur les collectivités qui doivent proposer des solutions d’ici le 1er janvier 2024 aux particuliers " répond Manuel Leick-Jonard, coordinateur du réseau compost citoyen Occitanie.  "La gestion des déchets fait partie de leurs compétences, précise Emilie Fazzini. De la même manière que nous avons des bacs pour les déchets, les collectivités vont devoir mettre en place des solutions pour les citoyens. C’est leur mission."

Plusieurs possibilités s'offrent à elles : installer des composteurs de proximité dans des jardins publics par exemple, réaliser la collecte au porte-à-porte ou aux pieds des immeubles ou enfin mettre en place des containers de biodéchets semblables à ceux pour la récupération du verre.  

Le rôle de ces collectivités sera également d'accompagner la population dans l'adoption de ces nouveaux comportements. De nombreuses associations appartenant par exemple au  Réseau compost citoyen (RCC)  apportent leur aide afin de répondre aux enjeux techniques, mais aussi de formation d'une filière en pleine professionnalisation.  

Quel est l'intérêt de trier ses déchets alimentaires ? 

Trier ses déchets va tout d'abord impacter directement le traitement de l'ensemble de nos déchets ménagers. "Si nous ne séparons pas nos biodéchets, c’est beaucoup plus compliqué de traiter les ordures ménagères, assure Manuel Leick-Jonard. Les biodéchets sont essentiellement composés d'eau. Ils sont donc plus difficiles à brûler. Actuellement enterrés dans les centres d’enfouissement techniques, ils provoquent la formation d'un lixiviat absorbant tous les polluants d’une poubelle classique d’ordures ménagères, comme des couches de bébé, des lingettes. Cela provoque des jus qui sont toxiques. "

L'autre objectif est de permettre à chacun de se réapproprier ses propres déchets.  Pour le coordinateur du Réseau compost citoyen Occitanie, "en mettant nous-mêmes la matière dans un composteur, nous avons beaucoup moins de gaspillage alimentaire. Un tiers des biodéchets est tout simplement du gaspillage alimentaire. Cela doit nous responsabiliser.

Selon l'association  ZeroWaste, en 2021, "chaque Toulousain produit en moyenne 139kg (83kg de déchets alimentaires  + 56kg de déchets verts) de biodéchets par an."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité