Déconfinement : l'ONF conseille un retour sur la pointe des pieds dans les forêts

Avec la levée progressive des mesures de confinement, les promeneurs peuvent retourner dans les forêts à partir du 11 mai. L'ONF (Office National des Forêts) appelle cependant les citoyens à prendre des précautions pour préserver la faune en cette période de nidification et de naissances.

La forêt de Bouconne près de Toulouse
La forêt de Bouconne près de Toulouse © ONF
La nature a profité du confinement. Dans les forêts, les agents de l'ONF qui ont continué à travailler l'ont constaté : le calme s'est installé pendant ces deux derniers mois. Les animaux sauvages semblent plus nombreux.

"Je me suis senti privilégié" dit Jean-Jacques Bonnet qui, pendant le confinement, s'est rendu plusieurs fois dans la forêt de Bouconne près de Toulouse. Responsable à l'ONF de l'unité territoriale Gascogne-Astarac, il fait partie de ceux qui ont poursuivi le travail pour maintenir la filière bois.
"Nos exploitations ont continué même au ralenti, il fallait approvisionner les entreprises qui fabriquent des papiers ou des emballages", précise-t-il.

Il explique que la faune semble s'être réappropriée l'espace dans la forêt : 

J'ai vu des lièvres, des colverts, des chevreuils, beaucoup de traces de sangliers. On entendait les faisans chanter. Les animaux n'ont pas été dérangés, il y aura probablement plus de naissances cette année.
-Jean-Jacques Bonnet, responsable de l'unité territoriale Gascogne-Astarac-

 


 

Attention au retour soudain dans les forêts

L'Office National des Forêts demande aux citoyens qui veulent se promener de le faire "sur la pointe des pieds". 

"Les forêts sont à nouveau accessibles mais respectons ces milieux fragiles", dit l'ONF dans un communiqué s'inquiétant d'une soudaine fréquentation massive des zones boisées périurbaines.
 
Le déconfinement et le beau temps pourraient en effet inciter de nombreux citoyens restés enfermés trop longtemps à venir respirer et se dépenser en forêt. 
Après plusieurs semaines de calme, la faune sauvage sera plus sensible au dérangement explique l'ONF et le retour soudain du public pourrait remettre en cause couvées et naissances. 
Il est conseillé aux promeneurs de rester sur les chemins et de garder leurs chiens à proximité ou sous leur contrôle direct.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société déconfinement forêt nature environnement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter