Derichebourg : plus de 160 salariés refusent l'accord de performance collective, ils vont être licenciés

Plus de 160 salariés sur un total de près de 1600 ont donc refusé d'accepter l'accord de performance collective proposé par la direction de Derichebourg. L'entreprise sous traitante d'Airbus située à Blagnac près de Toulouse avait évoqué un plan social pour 700 salariés.

Première manifestation des salariés de Derichebourg, mardi 2 juin 2020.
Première manifestation des salariés de Derichebourg, mardi 2 juin 2020. © FTV
C’était une décision difficile.  plus de 160 salariés de Derichebourg Aéronautics Services (DAS) auraient refusé de signer l’accord de performance collective (APC). Ils vont dont être licenciés. L’entreprise, importante société sous traitante d’Airbus se dit en difficulté depuis la crise du coronavirus. Elle a donc proposé cet accord aux salariés au début du mois de mai.
L’APC, signé par le syndicat majoritaire FO (Force Ouvrière) le 12 juin dernier permet à la direction de supprimer des indemnités de transport et de repas, des primes qui selon le syndicat UNSA représentaient en moyenne 20% à 25% des salaires. Les salariés touchant 2,5 fois le SMIC ont également vu leur 13e mois supprimé.

En échange, les emplois sont maintenus…pour l’instant. Faute d’accord la direction avait évoqué le risque d’un plan social menaçant près de 700 personnes. Avec l'accord de performance collective, la direction s’y est engagée, il n’y aura pas de PSE (Plan de sauvegarde de l’emploi) avant juin 2022.
Contacté par France 3 Occitanie, la direction de Derichebourg affirme que la suppression des primes liées à l'APC représente une perte nette de 170 euros par mois pour les salariés. Les autres diminutions de salaires sont la conséquence de la baisse de l'activité avec notamment des suppressions d'heures de travail de nuit. Elle nous précise également que si le seuil de rentabilité atteint 4%, l'entreprise pourra alors rediscuter avec les partenaires sociaux des conditions et des primes. 
Concernant le nombre de personnes qui ont refusé l'accord de performance collective, un bon tiers serait âgé de plus de 50 ans selon la direction et environ 80% partent avec un projet professionnel et 4 500 euros valorisés dans le compte personnel formation.

Pour l’UNSA Aérien SNMSAC, c’est un véritable "plan social déguisé". Le syndicat affirme que l’entreprise a réalisé en mai 2020 un chiffre d’affaire de 5 562 000 €, un montant supérieur au prévisionnel établi qui tablait sur 5 200 000 €. 
Pour Boris Escaich, élu CSE UNSA Aérien SNMSAC Derichebourg, "ce nombre important de licenciements (plus de 10% des 1 583 salariés), montre que les nouvelles conditions sociales et salariales sont intenables pour de très nombreux travailleurs. De plus, lorsque le secteur aéronautique va se relever de la crise, comment envisager un retour à la normale quand des salariés hautement qualifiés sont licenciés et abandonnent l’aéronautique ?
 

Nous perdons nos compétences pour toujours : c’est un désastre économique, non seulement pour l’aéronautique mais aussi pour le bassin toulousain et la région Occitanie

Boris Escaich syndicat Unsa aérien Snmsac Derichebourg

Environ 80 % des salariés sont touchés ou ont été touchés par des mesures de chômage partiel chez Derichebourg, cela représente 45 % en Equivalent Temps Plein (ETP). 

Les accords de performance collective ont été créés par les ordonnances Macron et sont entrés en vigueur le 1er janvier 2018. Ils peuvent, pour préserver ou développer l'emploi, aménager la rémunération mais aussi la durée du travail. Selon le site internet les clés du social, 350 accords ont été conclus depuis cette date.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société aéronautique économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter