• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Dernière ligne droite pour la privatisation de l'aéroport Toulouse-Blagnac

© MaxPPP
© MaxPPP

Les candidats au rachat des parts de l'Etat dans l'aéroport de Toulouse-Blagnac ont jusqu'à vendredi dernier délai pour déposer leur offre. Et le nom des lauréats pourrait être très vite dévoilé car l'Etat pourrait trancher dès la semaine prochaine dans ce dossier.

Par LB avec AFP

Depuis l'annonce de sa privatisation, l'aéroport de Toulouse-Blagnac suscite les convoitises des poids-lourds du secteur, français et étrangers. Ils ont jusqu'à vendredi pour déposer leur offre. Ensuite, les choses pourraient aller très vite. L'Etat, qui a un besoin crucial de renflouer les caisses du pays, pourrait trancher dès la semaine prochaine. 

"L'Agence des participations de l'Etat (APE, chargée d'examiner les offres) devrait rendre sa décision rapidement après la date butoir", estiment plusieurs sources proches du dossier, évoquant la fin de la semaine prochaine ou le début de la suivante.

L'Etat détient 60% du capital

L'Etat détient aujourd'hui 60% du capital de Toulouse-Blagnac, aux côtés de la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse qui en détient 25%, et des collectivités territoriales (région Midi-Pyrénées, département de Haute-Garonne, communauté urbaine de Toulouse Métropole) qui en possèdent chacune 5%.
Il compte céder immédiatement jusqu'à 49,99% du capital, une participation assortie d'une option de vente pour le solde. "Des offres initiales avaient été déposées le 15 septembre, les candidats sont donc déjà connus et a priori, l'Etat a envie d'aller vite", soulignent ces mêmes sources ayant requis l'anonymat.
Rien ne filtrait pourtant du côté de l'APE à la veille de la clôture du dépôt des offres.

On connaît les principaux candidats à la privatisation

Si le montant de l'opération est incertain, les sources proches évoquent des sommes allant de 150 à plus de 300 millions d'euros, les principaux candidats sont désormais connus :
  • Le groupe Aéroports de Paris (ADP). Gestionnaire de Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly, ADP a déposé une offre avec l'assureur Predica (Groupe Crédit Agricole). Son PDG, Augustin de Romanet, a lui-même exprimé à plusieurs reprises son intérêt pour cette plateforme implantée dans une région dynamique grâce à trois pôles d'activité reconnus: l'aéronautique avec Airbus, l'agroalimentaire, et la recherche médicale axée sur la lutte contre le cancer.
  • Vinci. Le groupe a présenté une offre en partenariat avec CDC Infrastructure (filiale de la Caisse des dépôts) et EDF Invest. Déjà gestionnaire de dix aéroports en France, sa filiale Vinci Airports aimerait ancrer davantage sa présence dans le paysage aéroportuaire français avec la gestion d'une plateforme importante.
  • Le groupe canadien SNC-Lavalin. Ce groupe d'ingénierie et de construction a remporté en juin la gestion et l'exploitation du site de Francazal. Il a présenté une offre conjointe avec deux partenaires chinois.

Les forces en présence

Toulouse-Blagnac, 4ème aéroport de province a accueilli 7,56 millions de passagers en 2013. Excepté en 2009, le trafic y a augmenté depuis 2003. Vinci peut faire valoir son expertise et sa connaissance du terrain. Il se présente en outre comme un partenaire de long terme, capable d'apporter les financements nécessaires pour accompagner les évolutions de cette infrastructure.
Parmi les candidats étrangers, le canadien SNC-Lavalin fait figure de favori, selon plusieurs observateurs du dossier. "La candidature est portée par SNC-Lavalin et des partenaires chinois, un acteur industriel et acteur financier", a ajouté une source proche du dossier. Il peut se targuer d'une bonne connaissance des partenaires locaux et de l'environnement. Le groupe gère en effet 16 aéroports français. Il a surtout remporté en juin la gestion et l'exploitation de l'aéroport de Toulouse Francazal pour développer des activités dédiées à l'aviation d'affaires, à la défense et aux activités aéro-industrielles. Un projet pour lequel il est associé à l'aéroport de Toulouse-Blagnac et à la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse.
"Cette candidature prend parfaitement en compte les intérêts d'Airbus", insiste par ailleurs la source proche, alors que des craintes pour l'avionneur se sont exprimées courant octobre.

Des élus locaux inquiets​

Le risque qu'Airbus, gros utilisateur d'une des pistes de l'aéroport pour ses essais, subisse une importante majoration des redevances, a enfiévré le monde politique toulousain au mois d'octobreFinalement, l'avionneur a obtenu une extension de la convention d'autorisation d'occupation temporaire accordée jusqu'en 2078, au lieu de 2043.
Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, Pierre Izard, président du Conseil général de la Haute-Garonne, et Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, collectivités qui représentent 40% du capital, ont quant à eux rappelé récemment leur "exigence de voir pris en compte les intérêts économiques majeurs liés à l'aéroport, et les garanties apportées au personnel".
Lors de l'annonce de la cession de ses parts en juillet, l'Etat avait affirmé que l'ouverture du capital ne compromettrait pas l'avenir économique de l'aéroport ni les exigences de service public.

Sur le même sujet

Narbonne : trinquons au premier salon de l'apéro... Tchin-tchin

Les + Lus