Examens 2018
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Le directeur académique de Haute-Garonne paye-t-il la crise au lycée Gallieni de Toulouse ?

© France3 Occitanie
© France3 Occitanie

Jacques Caillaut fait-il les frais de la crise au lycée Gallieni ? Le directeur académique de la Haute-Garonne sera remplacé la semaine prochaine par Elisabeth Laporte. Une décision qui intervient quelques jours seulement après l'intervention dans la presse du ministre en personne sur cette affaire.

Par Juliette Meurin

C'est une méthode bien française de virer ou de muter (dans le cas de l'administration) celui ou celle qui "n'aurait pas su gérer une crise" et qui serait en quelque sorte responsable d'une affaire devenue "trop" médiatique au goût d'un gouvernement.

Officiellement, Jacques Caillaut est muté en Dordogne ; le directeur académique des services de l'éducation nationale de la Haute-Garonne est remplacé à partir du 15 février par Elisabeth Laporte, l'actuelle directrice académique de Dordogne.

L'annonce de cette mutation intervient quelques jours seulement après l'intervention sur Europe 1 du ministre de l'Education Nationale. Jean-Michel Blanquer, répondant à des questions sur la crise au lycée Gallieni, à Toulouse, avait annoncé "l'arrivée de personnel expérimenté pour rétablir l'ordre" dans le lycée qui fait face à de graves faits de violence et d'incivilité.
"Il y a eu du laxisme...il faut des sanctions, cela n'a pas été fait", avait notamment précisé le ministre.


Gallieni à la Une des journaux


Les professeurs avaient fait grève à plusieurs reprises réclamant des moyens supplémentaires pour un établissement situé dans une zone dite "sensible". La violence au lycée Gallieni de Toulouse avait même fait la une d'un hebdomadaire national ! 





Quelques jours plus tard un nouveau proviseur était donc nommé et il y a deux jours un communiqué de presse nous annonçait le départ du directeur d'académie vers la Dordogne.
Des têtes sont donc tombées même si officiellement rien ne dit que Jacques Caillaut fait les frais d'une crise dans un lycée devenu trop médiatique. Qui sait ? Il avait peut être demandé sa mutation à Périgueux...ni lui, ni le rectorat n'ont souhaité nous répondre.
Pour un professeur du lycée cela semble pourtant "évident qu'il paye le fait de ne pas avoir réglé la situation". Aujourd'hui, les enseignants sont dans une situation d'attente. "Le nouveau proviseur est en train de prendre ses marques... on ne désespère pas d'obtenir des choses mais c'est long."


Lettre ouverte au ministre 


Les enseignants représentants syndicaux ont adressé une lettre ouverte au ministre dans laquelle ils rappellent que le recrutement de 1,5 poste d'assistant éducation lié à la médiation reste en-deça de leurs revendications. 
Ils demandent que le lycée Gallieni devienne lycée pilote d'un futur plan d'éducation prioritaire afin de bénéficier du soutien de l'Etat pour compenser l'aide nécessaire aux élèves défavorisés.
Ils invitent également le ministre à venir dans l'établissement pour rencontrer la communauté éducative.

 

Sur le même sujet

Sète (34) : les Assises de la mer et la visite du ministre de l'Agriculture

Les + Lus