Ex-assigné à Toulouse, l'islamiste radical Farouk Ben Abbes fait appel de sa condamnation

Farouk Ben Abbès à son arrivée au Palais de Justice de Paris le 4 juillet / © AFP
Farouk Ben Abbès à son arrivée au Palais de Justice de Paris le 4 juillet / © AFP

Farouk Ben Abbes, figure de l'islam radical condamné à quatre ans de prison ferme pour son activité à la fin des années 2000 sur un site jihadiste francophone, sera rejugé. Proche de la filière djihadiste toulousaine, ce Belgo-Tunisien a décidé de faire appel de sa condamnation. 

Par J.V avec AFP

Selon des sources proches du dossier, Farouk Ben Abbes, ce Belgo-Tunisien de 32 ans a donc fait appel de sa condamnation prononcée le 6 juillet, tout comme deux de ses coprévenus. Le parquet, qui avait requis des peines plus lourdes et demandé leur incarcération immédiate, a également fait appel, selon une source judiciaire.

Outre les quatre ans d'emprisonnement, le tribunal correctionnel de Paris avait condamné Farouk Ben Abbes à une interdiction définitive du territoire français.

En l'absence de mandat de dépôt prononcé à l'audience, lui qui était jusqu'au printemps l'un des plus anciens assignés à résidence de France, avait quitté libre le tribunal. Les appels suspendent l'exécution de sa peine. 

C'était la première fois que cet homme, cité dans plusieurs dossiers antiterroristes sans y être poursuivi, était condamné dans une telle affaire. Il avait bénéficié en 2012 d'un non-lieu dans une enquête sur des projets d'attentats signalés en 2009 par les autorités égyptiennes, où la salle de spectacles du Bataclan apparaissait parmi les cibles, six ans avant l'attaque du 13 novembre 2015 qui y fit 90 morts.

Comme lui, trois autres anciens administrateurs du site Ansar Al-Haqq ont été condamnés pour association de malfaiteurs terroriste. Les deux autres prévenus présents au tribunal, Nordine Z. et David R., ont été condamnés à respectivement quatre et trois ans de prison. Le quatrième prévenu, Léonard Lopez, parti en 2015 pour le jihad et qui serait aux mains des Kurdes de Syrie, a été condamné en son absence à cinq ans assortis d'un mandat d'arrêt.

Les investigations franco-belges avaient confirmé l'ancrage de M. Ben Abbes dans la mouvance islamiste radicale, notamment sa proximité avec les frères toulousains Clain ou avec Thomas Barnouin, vétéran du jihad aujourd'hui détenu en Syrie par les forces kurdes.

Désormais fermé, Ansar Al-Haqq, dont le nom signifie "Les partisans de la vérité", était une référence du web jihadiste en langue française à une époque où le jihad armé se menait notamment en Afghanistan ou au Pakistan. Alors que les prévenus avaient affirmé que leurs activités sur le site se résumaient à "informer", le tribunal avait jugé que le site avait bien "incité" au jihad, avec "une vocation de recrutement" pour le combat armé "dans la lignée de ce qu'Al-Qaïda recherchait, mener le jihad médiatique".

Sur le même sujet

Coupe du monde : écran géant pour la finale, fan zone à Béziers et indoor à Bessan, pourquoi ?

Les + Lus