Football : le TFC bat Grenoble 3 à 0 et disputera les barrages pour la montée en Ligue 1

C'est le grand soir pour le Toulouse Football Club : en s'imposant 3 à 0 face au Grenoble Football 38, les Violets ont brillamment réussi à s'ouvrir la porte des barrages pour l'accession en Ligue 1. Ils recevront jeudi prochain, à nouveau au Stadium, le club classé dix-huitième de Ligue 1.

A la pointe de l'attaque toulousaine, Vakoun Bayo a marqué de son empreinte la première période.
A la pointe de l'attaque toulousaine, Vakoun Bayo a marqué de son empreinte la première période. © Xavier de Fenoyl / MaxPPP

Le prochain rendez-vous pour le TFC, c'est jeudi prochain 27 mai, encore au Stadium.

Les Violets affronteront ce soir-là en match aller l'équipe classée dix-huitième au soir de la dernière soirée de championnat de Ligue 1 : les dix matches se jouent simultanément ce dimanche soir 23 mai.

Toulouse aura donc l'avantage de bénéficier de 48 heures de repos de plus que son adversaire, ce qui n'est pas à négliger.

Reims, Bordeaux, Strasbourg, Brest, Lorient et Nantes : ces six clubs ne sont séparés que par deux points au classement ; impossible donc de savoir à l'avance quel club le sort désignera comme adversaire aux Violets.

Le match retour se jouera le dimanche 30 mai.

Et un, et deux, et trois - zéro

Le troisième but pour Toulouse !

On entame les cinq minutes de temps additionnel quand Rhys Healey, encore lui, exploite un ballon de récupération et bat Maubleu de près : le "serial-buteur" anglais a encore frappé.

Le "serial-buteur" anglais Rhys healey a marqué le troisième but de la victoire toulousaine.
Le "serial-buteur" anglais Rhys healey a marqué le troisième but de la victoire toulousaine. © Michel Viala / MaxPPP

Sur ce score de 3 à 0 le TFC valide son billet pour les barrages d'accession à la Ligue 1.

La fatigue se fait sentir

Le jeu continue d'aller d'un camp à l'autre, les Violets obtiennent même deux coup-francs relativement loin du but de Maubleu, mais on sent que peu à peu la fatigue alourdit les jambes des protagonistes.

L'ensemble de l'effectif toulousain ne se désunit pas et poursuit son quadrillage méthodique du terrain, enrayant les vélléités adverses : les Grenoblois disputent leur troisième match en six jours et cela se voit aussi dans leurs offensives qui deviennent plus approximatives.

Le poids des remplaçants

A dix minutes de la fin du temps réglementaire, Maxime Dupé est à nouveau décisif sur une très bonne frappe cadrée du remplaçant grenoblois Abdallah : les Rouges espèrent encore pouvoir faire basculer le sort du match.

Le coach du GF38 Philippe Hinschberger mise tout sur l'attaque en faisant rentrer deux joueurs à vocation offensive : ce choix a pour effet de dégarnir l'entre-jeu, ce dont les Violets tirent parti pour planter plusieurs banderilles, sans pour autant réussir à en concrétiser ne serait-ce qu'une.

Le buteur anglais Rhys Healey remplace Vakoun Bayo, après l'abattage de l'Ivoirien pendant un peu plus d'une heure : très vite il se procure une franche occasion de but mais sa reprise rebondit dans les pieds d'un défenseur central isèrois.

Une domination à tour de rôle

A l'heure de jeu Grenoble fait monter le rythme : trois centres consécutifs sont repoussés coup sur coup par la défense violette, avant que Dupé et son poteau ne renvoient un coup-franc très bien tiré par Ravet.

Un tir grenoblois lointain, puissant mais cadré, est bien capté par Maxime Dupé : le dernier rempart haut-garonnais fait bien le peu qu'il a à faire, contribuant ainsi à la sérénité de ses défenseurs.

Dès la reprise, Toulouse reprend son emprise sur le match et se crée deux occasions en moins de cinq minutes : sur la deuxième c'est encore un centre en retrait de Machado pour Manu Koné dont la reprise est contrée d'extrême justesse par un défenseur des Rouges.

Recharger les batteries

Les deux équipes rentrent au vestiaire sur ce score favorable aux Hauts-Garonnais. Des deux côtés il faut recharger les batteries pendant la pause, tant on a assisté à une débauche d'énergie sur le terrain durant ces 45 premières minutes.

Cela dit le fait de mener au score peut survolter les Toulousains... Mais la rage de vaincre peut aussi faire redoubler la motivation grenobloise..

Le TFC mène 2-0 à la mi-temps

On approche de la pause et l'intensité ne baisse pas : les Grenoblois font tout pour revenir à la marque pendant que le TFC veut "tuer le match" avant la mi-temps. La qualité technique n'en pâtit pas pour autant : au vu de cette première période aucune des deux équipes ne déparerait le championnat de Ligue 1.

Véritable poison permanent pour l'équipe adverse, le "pitchoun" Amine Adli a confirmé le trophée de meilleur joueur de la saison de Ligue 2.
Véritable poison permanent pour l'équipe adverse, le "pitchoun" Amine Adli a confirmé le trophée de meilleur joueur de la saison de Ligue 2. © Xavier de Fenoyl / MaxPPP

Le danger, quand une équipe mène ainsi, c'est de défendre en reculant et de laisser le ballon aux adversaires. Les Toulousains évitent cet écueil et prennent de l'assurance : en l'espace de 3 minutes, à l'approche de la demi-heure de jeu et à chaque fois grâce à l'implication offensive de Machado, Maubleu est contraint de sortir deux arrêts de grande classe pour empêcher les Violets d'alourdir le score.

Koné double la mise

Le deuxième but pour Toulouse !

Manu Koné renverse le jeu pour Machado : le Colombien se débarasse de trois défenseurs, s'infiltre dans la surface et centre en retrait pour la reprise victorieuse de Manu Koné qui avait suivi son action.

L'efficacité est toulousaine et chirurgicale. Le TFC mène 2 à 0 : on joue depuis 25 minutes.

La tension monte

Le pressing défensif isérois est plus intense que celui des Toulousains, qui ont du mal à sortir le ballon de leur moitié de terrain et se retrouvent contraints de jouer le contre ; ils le font plutôt bien sans pour autant se montrer vraiment incisifs aux abords du but du GF 38.

Ce fait de jeu fait monter la tension au sein des deux effectifs - comme si elle en avait besoin : le jeu devient haché mais ce sont les Grenoblois qui se créent la première occasion franche.

A la dixième minute, un bon débordement des rouges sur l'aile gauche aboutit à un tir puissant à la limite des 16 mètres : Dupé était sur la trajectoire mais c'est la barre transversale qui renvoie le ballon. Premier avertissement sans frais pour les Violets.

Pénalty et premier but pour Toulouse

Première minute et déjà un pénalty pour Toulouse : Manu Koné s'infiltre dans la surface et le défenseur isérois le crochète. M. Delerue n'hésite pas et désigne le point de pénalty

Stijn Spierings - le spécialiste chez les violets - se charge de le tirer : Maubleu, le gardien grenoblois, plonge du bon côté et repousse le tir du Néerlandais mais celui-ci reprend de la tête. But !

Le TFC mène 1 à 0.

Onze violets sous la pluie

Les Toulousains dans leurs habituelles couleurs violettes entrent les premiers sur la pelouse ; les Grenoblois suivent en maillot rouge. La rencontre est arbitrée par Amaury Delerue, habitué du championnat de Ligue 1.

Le coach toulousain Patrice Garande a dû faire des choix pour composer son onze de départ : Dupé - Amian - Dewaest - Diakité - Spierings - Moreira - Koné - Dejaegere - Machado - Adli - Bayo. En l'absence de Ruben Gabrielsen (suspendu) c'est Kelvin Amian qui porte le brassard de capitaine.

Sur le banc des remplaçants : Pettersson (g.), Rouault, Sanna, Ngoumou, Van den Boomen, Healey, Antiste.

A une heure de l'entrée des deux équipes sur le terrain, les conditions climatiques ont décidé elles aussi d'entrer en jeu : après de belles journées plutôt printanières, c'est la pluie qui a fait son apparition ; avec l'appui du vent c'est sous une température ressentie de tout juste 10° que la rencontre va se disputer... Un véritable temps de Toussaint à un mois de l'été.

Un seul objectif : la victoire

La relative déception d'avoir concédé deux matchs nuls lors des deux dernières sorties des Violets (2-2 contre Pau et 3-3 à Dunkerque), les supporters toulousains l'ont mise de côté en ce vendredi soir de play-offs.

Face au FC Grenoble 38, le club de la ville rose doit impérativement remporter la victoire pour s'ouvrir la porte d'une possible accession en Ligue 1. A deux heures du coup-d'envoi, le temps était venu de la mobilisation.

Comme c'est devenu la tradition depuis quelques semaines, les supporters des violets se sont rassemblés aux abords du Stadium de Toulouse pour encourager bruyamment leur équipe.

Une ambiance sonore et colorée digne des grands soirs de Coupe, car il s'agit cette fois aussi d'un match à élimination directe.

A deux heures du coup-d'envoi, des centaines de supporters se sont mobilisés pour célébrer l'arrivée du bus des joueurs toulousains au Stadium.
A deux heures du coup-d'envoi, des centaines de supporters se sont mobilisés pour célébrer l'arrivée du bus des joueurs toulousains au Stadium. © Sophie Pointaire / FTV

Slogans, drapeaux et fumigènes n'avaient qu'un but : doper la motivation des joueurs de Patrice Garande pour qu'ils se subliment sur le terrain.

En effet il est exclu cette fois de se contenter d'un match nul pour le Toulouse Football Club ce vendredi soir.

De ce match de play-off contre le FC Grenoble 38 doit absolument sortir un vainqueur : le club qui affrontera le dix-huitième de Ligue 1, en matchs aller-retour la semaine prochaine, pour gagner le droit d'évoluer au sommet du football professionnel français la saison prochaine.

Une défaite sonnerait le glas des espérances toulousaines ainsi que la fin prématurée de la première année du TFC en Ligue 2. Quel que soit le sort du match, les dirigeants du club ont choisi de lancer un nouveau slogan qui se veut mobilisateur : #DeboutToujours.

Pour que cette belle énergie ne s'évapore pas.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tfc football sport ligue 1 ligue 2