Toulouse : nouveaux débordements pour l'acte VII des gilets jaunes

Nouvelle mobilisation des gilets jaunes à Toulouse pour l'acte VII. Plus de deux mille personnes ont commencé à défiler dans le calme, en centre-ville. Le face à face avec les forces de l'ordre s'est rapidement tendu.     
De nouveaux incidents à Toulouse ce samedi
De nouveaux incidents à Toulouse ce samedi © P. Pavani / AFP
Dans un communiqué de presse, envoyé aux rédactions à 18h30, la préfecture de la Haute-Garonne dresse un premier bilan provisoire de la mobilisation des gilets jaunes à Toulouse. 
Selon les services de l'Etat :

"1350 personnes dont 700 gilets jaunes pacifiques et 650 profils violents ont été recensées dans les rues de toulouse.(...) 21 personnes ont été interpellées en possession d'armes de différentes catégories, pour des dégradations sur l'espace public ou pour des incendies de poubelles. 3 blessés ont été recensés" 

Le communiqué ne précise pas si le manifestant blessé gravement par un tir de flash-ball, en fin d'après-midi près de la Place du Fer à Cheval, fait partie de ce décompte. Selon un membre de l'équipe médicale sur place, l'individu a eu l'oeil crevé.
Le manifestant a été touché par un tir de flash-ball et a, selon des témoins sur place, perdu son oeil.
Le manifestant a été touché par un tir de flash-ball et a, selon des témoins sur place, perdu son oeil. © France 3 Occitanie

18 heures, près de 200 gilets jaunes est arrivée place du Capitole et scandent "Macron démission !" sous les fenêtres de la mairie 
   
Une heure plus tôt, des casseurs avaient commencé à s'en prendre aux commerces, près du Pont Neuf. Scène surréaliste, des manifestants en viennent aux mains pour s'y opposer. 
 
​​​​Ils étaient plus de deux mille à s'être donné rendez-vous place Arnaud Bernard. Dès 14 heures, le cortège de gilets jaunes, avec à sa tête un drapeau tricolore, s'élance dans le calme en direction du conseil départemental de Haute-Garonne au son de "Macron démission !". Le jeu du chat et de la souris commence.

Résumé de la journée avec Thierry Sentous et Olivier Denoun
acte VII gilets jaunes
 
Le début de la manifestation s'est déroulé dans le calme. Le cortège a essayé de se rapprocher le plus possible du centre-ville.
Le début de la manifestation s'est déroulé dans le calme. Le cortège a essayé de se rapprocher le plus possible du centre-ville. © Sylvain Duchampt

Arrivés en haut de l'avenue Honoré Serres, les manifestants ont tenté de prendre de vitesse les forces de l'ordre. "Tous à la gare Matabiau !" lance l'un d'eux en tête de cortège. Après avoir longé le Canal du Midi, les gilets jaunes bifurquent dans une petite rue en direction des boulevards pour rejoindre la place Saint Sernin.

La manoeuvre vise à s'approcher au plus près de la place du Capitole. Mais un cordon de policier barre la route au cortège, à l'entrée de la rue du Taur.
Il est 14h45 : les premiers lacrymogènes sont alors lancés. Les manifestants ont répliqué à coup de peinture jaune.  La manifestation est tout d'abord repoussée vers la place Arnaud Bernard. L''affrontement à finalement lieu à quelques mètres de là au niveau de la station de métro de Compans Caffarelli, vers 15h30. Les jets de pierre répondent au gaz lacrymogène et au canon à eau des forces de l'ordre. 
  A 16 heures, 7 interpellations ont déjà eu lieu.

Comme chaque week-end, les gilets jaunes vont être progressivement repoussés vers le quartier Saint Cyprien, survolé par un hélicoptère de gendarmerie. Les scènes sont toujours les mêmes : les manifestants montent des barricades et incendient des poubelles puis sont chassés par les forces de l'ordre à coup de gaz lacrymogène.
   

Mais cette fois-ci, le cortège de gilets jaunes s'est éclaté à la fois du côté du quartier des Arènes et de la place du Capitole. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gilets jaunes société manifestation économie social