Grève à Tisséo : nouvelle journée de mobilisation le 18 avril, les réseaux des trams et bus fortement perturbés

Après une journée de mobilisation exceptionnelle le 11 avril, l'intersyndicale de Tisséo appelle à une nouvelle mobilisation le mardi 18 avril. Le trafic sera fortement perturbé. Si les métros circuleront, les tram et bus seront fortement perturbés à partir de 10h.

Si la grève de la semaine dernière relève du jamais vu, elle n’a pas été suffisante pour qu’employés et direction trouve un terrain d’entente. C’est pour cela que l'intersyndicale Sud-CGT-CFDT-FNCR de Tisséo appelle à une nouvelle journée de mobilisation mardi 18 avril 2023. "A première vue, la direction fait en sorte que le métro circule demain. En revanche, avec 70% de grévistes, il n’y aura pas de tram à partir de 10h, et la circulation des bus sera très perturbée", affirme Stéphane Chapuis, conducteur de bus et secrétaire général Cgt à Tisséo. Le dernier départ de bus est prévu à 23h.

Le 11 avril 2023 a été une journée de mobilisation inédite pour Tisséo, avec tous les transports en commun à l’arrêt, métro compris. Une première. Ici, il n’est pas question de se battre contre le projet de réforme des retraites, mais plutôt de combattre pour sauver leur clause de sauvegarde.

Clause de sauvegarde sur la sellette 

Pour rappel, cette clause de sauvegarde a été introduite par les syndicats de la régie des transports Tisséo en 2008. Elle prévoit un rattrapage de l'inflation opéré chaque année en janvier sur les salaires et les primes des employés de Tisséo.

Une clause qui a permis à l'ensemble du personnel d'obtenir une hausse généralisée de 4,92% d'augmentation l'an passé, en plus des 1% qu'ils avaient déjà acquis. Sauf qu'avec l'inflation actuelle, qui dépasse à présent les 6%, selon l'Insee, la direction de Tisséo s'est retrouvée en difficulté pour honorer cette clause de sauvegarde.

Dialogue rompu

Sans nouvelle de la direction, l’intersyndicale Sud-CGT-CFDT-FNCR de Tisséo se donne rendez-vous à 10 h au Capitole, dans l’espoir d’être reçu par le maire ou un adjoint. "Nous souhaitons sortir de cette situation très compliquée. Le but n’est pas de mener un conflit pendant des mois, on veut en sortir le plus rapidement possible. Pour ça, on cherche un interlocuteur prêt à nous écouter", explique Stéphane Chapuis.

Une situation compliquée puisque pour la direction, "ce qui a été proposé par le DG de Tisséo Thierry Wischnewski, était normal et raisonnable. Si notre proposition avait été signée par les syndicats, nous aurions une augmentation de plus de 10% en 2 ans. Je comprends le travail des syndicats mais j’en appelle à la raison de chacun. Tisséo a toujours pris en compte les demandes d’amélioration des conditions de travail. Chacun a un rôle important pour rester performant. Je suis convaincu qu’il faut aller vers l’apaisement. C'est une période difficile pour tous", réagissait Serge Jop, président de Tisséo Voyageurs.