Un homme s'évade du centre de rétention de Cornebarrieu près de Toulouse

Le centre de rétention administrative de Cornebarrieu. / © Christian Bestard/France 3 Midi-Pyrénées
Le centre de rétention administrative de Cornebarrieu. / © Christian Bestard/France 3 Midi-Pyrénées

Info France 3 - Un homme en situation irrégulière s'est évadé il y a quelques jours du centre de rétention administrative (CRA) de Cornebarrieu près de l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Les évasions au CRA sont rares. 

Par Fabrice Valery

On les appelle des "retenus" et non des prisonniers car ces hommes et ces femmes, des étrangers en situation irrégulière, sont "placés en rétention administrative" en attendant soit une décision de justice les concernant, soit une expulsion du territoire français.

C'est l'un de ses retenus qui, selon nos informations, s'est fait la belle dimanche 4 février du centre de rétention administrative de Cornebarrieu près de Toulouse. Il s'agirait d'un ressortissant algérien.

Selon plusieurs sources, l'homme se serait fait aidé par deux "complices" à l'intérieur du Centre de rétention, plus exactement dans la cour de promenade arrière : là, deux personnes lui ont fait la courte-échelle pour qu'il franchisse le grillage. Il aurait ensuite disposé des vêtements ou des serviettes de toilettes sur les barbelés pour ne pas se blesser et franchir cette barrière avant de se laisser glisser de l'autre côté. Il a ensuite pris la fuite et n'a depuis pas été retrouvé par les autorités.

Ni la préfecture de la Haute-Garonne ni la police de l'air et des frontières (PAF) qui gère le centre de rétention de Cornebarrieu n'ont souhaité s'exprimer au sujet de cette évasion et de ses circonstances. 

Les évasions du CRA de Cornebarrieu sont rares. En 2016, un ressortissant tchéchène s'était évadé dans des circonstances particulièrement étranges : il avait profité du remplacement par un prestataire d'une grille défectueuse et avait bénéficié, à l'extérieur, de l'aide d'un véritable "commando" armé. 

Selon un témoignage d'un bon connaisseur du CRA de Cornebarrieu, ce centre de rétention n'est que très rarement le cadre de tentatives réussies ou pas d'évasion. Ce qui n'est pas le cas dans d'autres CRA de France : à Vincennes par exemple, il y a eu plus d'une vingtaine d'évasions depuis le début décembre 2017 et l'ouverture d'une nouvelle unité. 

Sur le même sujet

Balaruc-les-Bains (34) : l'un des leaders de l'aquaculture s'appelle "Les Poissons du soleil"

Les + Lus