Epidémie de bronchiolite en forte progression en Occitanie : le service pédiatrie de l'hôpital de Cahors saturé

Publié le Mis à jour le
Écrit par Julie Valin

L'épidémie de bronchiolite s'est encore accentuée ces derniers jours en Occitanie, avec des hospitalisations supérieures aux trois saisons précédentes et équivalentes au pic d'avant-Covid.

Les cas de bronchiolites chez les enfants de moins de deux ans explosent en Occitanie. Dans son bilan hebdomadaire, Santé publique France parle d'une "augmentation très importante, rapide et précoce" des indicateurs.

Courante et très contagieuse, la bronchiolite provoque chez les bébés une toux et une respiration difficile, rapide et sifflante. Si elle est angoissante pour les jeunes parents, elle est la plupart du temps bénigne. Dans certains cas, elle peut nécessiter un passage aux urgences, voire une hospitalisation.

376 passages aux urgences 

Au cours de la semaine du 24 au 30 octobre 2022, 376 passages pour ce diagnostic ont été relevés en Occitanie. Soit 171 cas de plus que la semaine précédente. Parmi ces passages, 138 ont été suivis d’une hospitalisation. Les petits patients hospitalisés pour bronchiolite représentent 45,1% de l’ensemble des hospitalisations dans cette classe d’âge.

Ce sont des "nombres de passages aux urgences mais aussi d'hospitalisations pour bronchiolite très élevés et à des niveaux supérieurs à ceux observés aux pics épidémiques des trois saisons précédentes et déjà équivalents à ceux du pic de la saison 2018-2019", a souligné l'agence sanitaire.

Une situation préoccupante au CHU de Toulouse

Dans le service pédiatrique du CHU de Toulouse, 43 enfants sont actuellement hospitalisés. C'est deux fois plus que la semaine dernière. La direction de l'hôpital constate que le nombre de petits patients placés en réanimation est "anormalement élevé" pour un début d'épidémie. Mais assure que la capacité d'accueil reste suffisante pour l'instant.

A l'hôpital de Cahors dans le Lot, le service de pédiatrie qui compte 5 pédiatres et 10 puéricultrices, est déjà saturé.

Quatre lits sur 7 sont occupés par des patients atteints de bronchiolite. Tous les enfants ont moins de 6 mois. On a déjà eu des cas cet été. Ce qui est rarissime. Cette précocité de la bronchiolite s'explique par les confinements des deux dernières années. Les enfants nés pendant les confinements ont une moins bonne immunité.

Docteur Thierry Lecine, chef du service pédiatrie de l'hôpital de Cahors (Lot)

Transfert de patient vers le CHU de Toulouse

Ce jeudi 3 novembre 2022, l'hôpital de Cahors a transféré un nourrisson âgé de 12 jours vers le service de réanimation du CHU de Purpan à Toulouse pour une bronchiolite. L'hôpital n'étant pas équipé pour prendre en charge ce type de patient. 

Des services pédiatriques déjà sous tension

Cette épidémie hivernale vient frapper des services d'urgences pédiatriques déjà plongés dans une crise liée à des conditions de travail insatisfaisantes et un manque de personnel. Sous la pression des soignants, le ministre de la Santé François Braun a annoncé le 3 novembre 2022 de nouvelles mesures pour venir en aide aux services pédiatriques, pour un montant total d'environ 400 millions d'euros. Il a reconnu une "situation préoccupante" dans les hôpitaux, liée à une épidémie de bronchiolite "inquiétante".

 Port du masque recommandé 


Dans un contexte de Covid persistant, de probable "épidémie de grippe saisonnière précoce" et de bronchiolite "en phase épidémique sur l'ensemble du territoire", l'Académie de médecine a recommandé ce mercredi un retour du masque dans les lieux publics clos.
Si "la situation sanitaire n'exige pas actuellement de revenir aux mesures obligatoires", l'académie préconise un masque FFP2 pour les personnes âgées ou porteuses de comorbidités, l'entourage et les soignants de personnes vulnérables, les femmes enceintes, et un masque chirurgical dans les hôpitaux, centres de soins, pharmacies, et dans des espaces fermés comme les transports en période d'affluence.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité