• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Laetitia, “gilet jaune comme tant d'autres” rêve d'une société meilleure

Laetitia Vinolo, 30 ans, participe au mouvement des "gilets jaunes" à Toulouse depuis le début, le 17 novembre 2018. / © Olivier Combe / France 2
Laetitia Vinolo, 30 ans, participe au mouvement des "gilets jaunes" à Toulouse depuis le début, le 17 novembre 2018. / © Olivier Combe / France 2

Laetitia Vinolo, jeune femme de 30 ans, participe à toutes la manifestations des "gilets jaunes" à Toulouse depuis le début du mouvement. Elle rêve, comme tout le monde, de "mieux vivre". Et pour ce 13ème samedi de manifestation dans la ville rose, sa motivation était pareille au premier jour.

Par Laurence Boffet et Candice Delouvrié

Elle vient chaque samedi d'Auriac-sur-Vendinelle, à 35 kilomètres de là, pour manifester à Toulouse. Avant le mouvement des "gilets jaunes", Laetitia Vinolo n'avait jamais manifesté de sa vie. Depuis le début du mouvement, le 17 novembre 2018, elle est de chaque manifestation. Cette jeune femme de 30 ans, mère séparée d'un enfant, dit avoir trouvé chez les "gilets jaunes" une "famille de coeur qui l'a ouverte au monde". 
 

10 ans de CDD

En 10 ans, Laetitia Vinolo a cumulé des contrats à durée déterminée (CDD) de tous genres : manutentionnaire, caissière, auxilliaire de vie... Après une blessure au bras, elle a été licenciée pour inaptitude. Elle est aujourd'hui demandeuse d'emploi. Elle entamera l'an prochain une formation de gestionnaire de paie. 
Ce qui l'a motivée pour enfiler un gilet jaune, "c'est les 3,80 euros qui me restaient tous les mois pour vivre", dit-elle. Ensuite, "mon frère me disait, je m'en sors pas, ma mère me disait, je m'en sors pas... Ma grand-mère n'a que 400 euros par mois. Donc je me suis dit que c'était pour eux qu'il fallait que je me batte". Depuis, elle n'a pas manqué un samedi de mobilisation même si elle ne s'attendait pas à ce que le mouvement dure aussi longtemps. "Mais si ça dure aussi longtemps, c'est qu'on n'est pas entendu"...

Opposée aux violences d’où qu’elles viennent, Laetitia ne se met jamais en première ligne dans les manifestations. Elle ne se sent porte-parole de personne, dit-elle. Elle est juste "un gilet jaune comme tant d’autres, qui rêve d’une société meilleure".
Elle a pris l'habitude de filmer les manifestations et de les faire vivre en live sur un groupe facebook. Et si elle a perdu 11 Kg depuis le début du mouvement, elle se réjouit de retrouver chaque samedi dans les rues de Toulouse des gens de tous âges devenus au fil des semaines "une famille de coeur".

Marie-Candice Delouvrié , Olivier Combe et Stéphane Henry de France 2 l'ont suivie samedi dans la manifestation:

Sur le même sujet

"Si une cathédrale brûle, elle est appelée à être rebâtie"

Les + Lus