Payée pendant 20 ans sans travailler, elle attaque Orange pour harcèlement moral et discriminations liées à son état de santé

Une salariée d'Orange, ex France Télécom, a décidé de porter plainte contre l'entreprise. En situation de handicap, elle a été payée sans pouvoir travailler depuis 20 ans. Une situation insupportable pour cette femme qui a engagé un véritable parcours du combattant pour "sa dignité".

Payée à ne rien faire depuis 20 ans. C'est la situation vécue par une salariée d'Orange qui, aujourd'hui, n'en peut plus d'être écartée de tout poste de travail adapté à sa situation de handicap. Laurence Van Wassenhove, habitante de Colomiers près de Toulouse, a porté plainte contre le géant de la téléphonie pour "harcèlement moral et discriminations au travail liées à l'état de santé." Son avocat vient également de saisir la défenseure des droits. Explications.

"Ils préfèrent la payer que de la faire bosser"

Hémiplégique de naissance et souffrant d'épilepsie, Laurence Van Wassenhove est embauchée comme fonctionnaire en 1993 par France Télécom. Et pendant dix ans, tout se passe bien. Elle occupe un poste de secrétaire, évolue sur la fonction de secrétaire RH. Puis en 2002, elle demande à quitter la région parisienne pour s'installer en province. Le début de l'enfer.

"Au lieu d'être placée sur un poste adapté à son handicap et qu'elle n'ait pas trop de stress sur les missions, elle va être placée sur un poste en huit heures de conseiller client back-office." Deux ans plus tard, en 2004, la médecine du travail relève que ce poste de travail est inadapté. Mais Orange va refuser ses aménagements pendant 20 ans.

À la place, l'entreprise la met en disponibilité et continue à la payer. "C'est le double angle du dossier, relève Me David Nabet-Martin. Il y en a qui vont dire : vous vous rendez compte, payer à rien faire. Et il y en a d'autres qui vont comprendre avec un peu plus de subtilité la situation d'une personne souffrant de handicap, pour qui, le travail, est une question de dignité."

Le travail, pour une personne en situation de handicap, c'est avoir une place dans la société. Une reconnaissance. Des liens sociaux qui se créent.

Me David Nabet-Martin, avocat de la salariée d'Orange

Les années passent. Laurence Van Wassenhove alerte député et gouvernement, saisit la Haute autorité de lutte contre les discriminations. En 2015, Orange désigne un médiateur. "Et là, ça va être encore plus grave dans la discrimination", selon son avocat qui estime que l'entreprise va tout faire pour l'exclure. Inaptitude, congé longue maladie... Puis, nouvelle proposition de poste de téléconseillère, toujours pas adapté.

La salariée continue de recevoir ses fiches de paie, et même sa carte de cantine. "Ils préfèrent la payer que de la faire bosser tout en cherchant à la faire sortir des rangs", résume l'avocat.

"Ils veulent la faire passer pour folle"

Selon l'avocat de Laurence Van Wassenhove, sa cliente est tombée en dépression. Elle est effondrée, sous le coup d'une procédure d'expulsion, avec deux enfants dont un autiste. Et son employeur va l'envoyer vers de nombreux experts : un neurologue, puis un psychiatre... "Ils vont essayer de la faire passer pour folle, estime Me David Nabet-Martin. Ça va être très, très lourd. Très discriminant." Juillet 2023, l'avocat met en demeure Orange de lui redonner un poste adapté, évoque une indemnisation dans le cas contraire. Pas de réponse.

Laurence Van Wassenhove, elle, finit par porter plainte pour harcèlement moral et discriminations au travail liées à l'état de santé. "Elle est effondrée, mais elle est combative", affirme son avocat, bien décidé à obtenir une indemnisation pour sa cliente.

"Suivie avec beaucoup d'attention et de bienveillance"

"La situation de Laurence Van Wassenhove, salariée d’Orange et actuellement en arrêt maladie, est suivie avec beaucoup d’attention et de bienveillance depuis de nombreuses années", fait savoir Orange dans un communiqué. L'entreprise indique avoir remonté ce dossier à la mission nationale de soutien et de médiation au sein du groupe, depuis dix ans, afin "d'accompagner au mieux sa situation professionnelle."

Dans ce cadre, Orange précise avoir maintenu sa rémunération à 100% et lui avoir versé plusieurs aides non remboursables. Un accompagnement médicosocial "adapté à sa situation" a également été mis en place. "La reprise du travail sur des postes aménagés lui a été proposée à plusieurs reprises mais n’a jamais pu aboutir et l’intéressée continue de fournir régulièrement des arrêts maladie", assure encore Orange qui ne souhaite pas partager plus de détails d'un cas personnel. D'autant plus qu'une plainte a été déposée et à l'instruction.

Rappelons qu'après une vague de suicides, l'ancien PDG d'Orange a été condamné pour harcèlement moral institutionnel

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité