Plusieurs milliers de "gilets jaunes" déambulent dans les rues de Toulouse

Au plus fort de la mobilisation, plus de 2500 "gilets jaunes" ont déambulé dans les rues de Toulouse samedi. Souvent par groupes très mobiles et dans l'improvisation. Les CRS ont utilisé des gaz lacrymogènes dans le quartier de la gare Matabiau.

Ils sont arrivés par petits groupes très mobiles et ont commencé à déambuler sur les voies de circulation du centre de Toulouse samedi matin.

Les gilets jaunes se sont ensuite regroupés pour improviser une une assemblée générale place Wilson vers midi.

En cortège, ils se sont ensuite rendus au Monument aux Morts où un hommage a été rendu à "Maggy", la policière, présidente de la "mobilisation des policiers en colère", qui s'est récemment suicidée.

Aux cris de "Macron démission !", les "gilets jaunes" se sont rassemblés devant la préfecture de la Haute-Garonne, d'où ils sont repartis vers la place du Capitole.

Au plus fort de la mobilisation, les manifestants étaient entre 2500 et 3000 personnes.

Le tout, jusque là, "dans le calme et la bonne humeur", comme l'a constaté notre confrère de l'AFP  Christophe Parayre : 


Ensuite, de nouveaux petits groupes se sont formés pour déambuler dans les rues.

Certains ont pris la direction de la gare de Toulouse Matabiau, où ils ont été accueillis par des gaz lacrymogènes dont ont fait usage les forces de l'ordre pour les disperser, selon France Bleue Occitanie, qui se trouvait sur place : Trois journalistes de C-News et BFM-TV, ayant par ailleurs échappé à une tentative de lynchage, ont porté plainte pour "violences aggravées" et "tentative d'agression en réunion".

Voir le reportage de Delphine Gérard et de Jean-Luc Pigneux :
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité