POLEMIQUE. A Toulouse, berceau d'Airbus, le débat est vif sur l'aérien qui ne ferait "plus partie des rêves d'enfants"

La déclaration de la maire écologiste de Poitiers, lors d’un conseil municipal, fait polémique. Selon Léonord Moncond’huy, "l’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfants aujourd’hui". A Toulouse, berceau de l'aéronautique, les réactions sont vives.

Pour Léonord Moncond'huy, maire EELV de Poitiers, "l'aérien ne doit plus faire partie des rêves d'enfants aujourd'hui"
Pour Léonord Moncond'huy, maire EELV de Poitiers, "l'aérien ne doit plus faire partie des rêves d'enfants aujourd'hui" © Joël Saget AFP

Tout est parti du Conseil Municipal du 29 mars dernier à Poitiers. La maire écologiste souhaitait y faire passer un message clair : l'argent public ne doit "plus financer les sports fondés sur la consommation de ressources épuisables". Puis en développant son propos, elle évoque "les rêves dont on doit préserver les enfants" avant de déclarer : "l'aérien, c'est triste, mais ne doit plus faire partie des rêves d'enfants aujourd'hui".

Une idéologie régressive pour J-L Moudenc

 

Sur les réseaux sociaux, la riposte du maire (LR) de Toulouse n'a pas tardé. Jean-Luc Moudenc y dénonce "des élus Verts, aveuglés par une idéologie régressive, veulent briser les rêves d'évasion et nous dicter notre vie". Et le président de la métropole d'Airbus de rappeler que "le progrès technologique nous permettra bientôt des vols faiblement carbonés".

Le ministre des transports a également décollé au quart de tour n'hésitant pas à convoquer l'écrivain-pilote Antoine de Saint-Exupéry :  "Fais de ta vie un rêve, et d'un rêve, une réalité". L'ancien pilote de ligne qu'est Jean-Baptiste Djebbari a également dénoncé des "élucubrations autoritaires et moribondes".

L'avion un "luxe évitable" ? 

Mais défenseurs de l'environnement et collectifs anti-nuisances aériennes ne se sont pas laissés décrocher. Ainsi "Aéroport de Toulouse Stop Pollution Aérienne"a relayé les messages de "Youth for Climate France" ripostant par une autre citation de Saint-Ex : "les grandes personnes ne comprenant jamais rien toutes seules, et c'est fatiguant, pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications". L'organisation assenant que "l'avion est un luxe évitable".

Au-delà des échanges d'amabilités via twitter, ce qui est sûr c'est que le secteur de l'aérien actuellement en grande difficulté face à la crise sanitaire, n'avait pas besoin de cette publicité. Quant aux grandes écoles toulousaines formant aux métiers du secteur et qui accueillent ces anciens enfants que l'aéronautique a fait rêver, elles n'ont pour l'heure pas réagi.

Cette polémique a toutefois le mérite de rappeler que l'aéronautique de demain est sans doute à repenser. Un collectif de professionnels ou futurs professionnels du secteur s'est d'ailleurs monté en ce sens. Ces ouvriers, étudiants, ingénieurs, employés, scientifiques ou simples citoyens envisagent un avenir avec moins d'avions.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aéronautique économie polémique société politique covid-19