Réouverture sous tension du service des urgences de l'Hôpital de Saint-Gaudens

Les urgences de l'Hôpital de Saint-Gaudens, fermées dimanche suite à de nombreux arrêts maladie des infirmiers du service, et malgré le déclenchement du Plan Blanc, ont rouvert sur fond de négociations avec l'Agence Régionale de Santé pour l'obtention de moyens humains supplémentaires

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Dimanche, la cellule de crise mise en place au Centre Hospitalier Comminges Pyrénées de Saint-Gaudens avait dû fermer les urgences de l'établissement pour cause d'impossibilité d'appliquer le Plan Blanc.

Des réquisitions envoyées à des infirmiers en arrêt maladie

Ce dispositif exceptionnel, qui permet de réquisitionner le personnel, avait bien été déclenché. Mais les réquisitions, via l'Agence Régionale de Santé, un arrêté préfectoral et le concours de la gendarmerie avaient, selon l'intersyndicale, été adressées...à des salariés en arrêt maladie. Ce que conteste la directrice de l'hôpital.

Le sujet n'a en tous cas pas manqué d'animer les négociations qui ont repris ce lundi matin entre l'Intersyndicale des infirmiers, en grève depuis le 14 juillet, et la direction autour de la question du manque de personnel.

"Les Urgences de Saint-Gaudens ont rouvert ce matin, pour une durée indéterminée et en fonctionnement dégradé, grâce à la présence de personnel infirmier du service (prévu et rappelé)", indique la direction dans un communiqué.

Un conseil de surveillance exceptionnel est annoncé

Un Conseil de Surveillance exceptionnel consacré au fonctionnement du service des urgences et à son financement, en présence de l'Agence Régionale de Santé, est également annoncé pour jeudi à 15 heures après-midi.

Selon un délégué du personnel, 8 infirmiers sur les 23 que compte le service des urgences, soit plus d'un tiers des effectifs, étaient en arrêt maladie ce lundi matin.

L'intersyndicale fait état d'un "épuisement physique et psychologique" des infirmiers "lié au travail dans des conditions qui ne permettent pas de prendre en charge des patients en accord avec leurs valeurs soignantes, et majoré par l'absence d’avancée et d'écoute, entraînant peu à peu, lassitude et colère".

La totalité des 23 infirmiers des urgences de Saint-Gaudens sont en grève depuis le 14 juillet, mais sont assignés par la direction, leur effectif ne permettant pas un fonctionnement en mode dégradé.

Ils réclament la création de 2 postes d'infirmier 24 heures sur 24, soit 6 emplois.

Un hôpital en déficit de 3,5 millions d'euros qui ne paie plus ses charges sociales


L'hôpital, qui dispose d'un budget de 60 millions d'euros, accuse un déficit de 3,5 millions d'euros et n'est plus en mesure, selon la direction, de payer les charges sociales salariales.

Les regards sont tournés vers l'Agence Régionale de santé pour sortir de la crise.