REPORTAGE. Tourisme à vélo : on a testé pour vous la Trans-Garona, l'itinéraire qui doit relier Toulouse à l’Espagne

Publié le
Écrit par Ophélie Le Piver .

La Trans-Garona doit relier Toulouse à l'Espagne d'ici 2 à 3 ans. Côté français, le parcours entre Marquefave et la frontière espagnole est déjà ouvert. Un argument de plus pour la Haute-Garonne qui veut faire du département une destination de tourisme vert. On a testé pour vous l'étape Martres-Tolosane.

Découvrir la Haute-Garonne à vélo le long du fleuve. Une promesse aussi bucolique qu’alléchante, désormais possible grâce à la Trans-Garona. Un parcours destiné aux vélos avec une ambition forte : relier Toulouse à Vielha en Espagne. “Notre volonté est de faire de la Haute-Garonne une destination de sport nature”, déclare Didier Cujives, le président de Haute-Garonne Tourisme.

“Nous proposons tous les niveaux dans tous les sports, y compris le vélo. La Trans-Garona est idéale pour des balades tranquilles et en famille.” Le comité départemental de tourisme a convié plusieurs journalistes locaux à venir découvrir une partie de l'itinéraire : l'étape entre Martres-Tolosane et Carbonne. Nous l’avons testé. Reportage.

Une balade au vert à la découverte du Piémont Comminges

Le départ est donné à Martres-Tolosane au matin. Entre soleil et douce température, la météo est idéale. “Le temps doit prendre une autre dimension à vélo”, s'enthousiasme François Gillaizeau, notre guide. Le professionnel organise des séjours à vélo dans le département et connaît parfaitement le parcours. “L’idée, c’est de prendre le temps de profiter de l’environnement et de la vie sociale. On vous propose un parcours, mais il ne faut pas hésiter à s’écarter du chemin au gré des envies de chacun.” Location des vélos, prise en charge des bagages, dîner, hébergement et retour en train, François Gillaizeau livre des séjours clé en main. “L’étape entre Martres-Tolosane et Carbonne dure environ 1h30 pour moins de 30km”, précise le guide. “Les voyageurs peuvent longer la Garonne sur la Trans-Garona ou choisir de s’éloigner un petit peu pour visiter Rieux-Volvestre, ce magnifique village médiéval." 

Dès les premiers mètres, se succèdent des paysages de campagne. Champs de tournesol, bois, prés… Le chant des oiseaux accompagne celui du roulement du pédalier. 

durée de la vidéo: 00 min 15
L'étape de la Trans-Garona entre Martes-Tolosane et Carbonne dure environ 1h30 pour moins de 30 km de parcours ©Ophélie Le Piver/FTV

La moitié du circuit sur la route, l'autre sur des pistes cyclables

Rapidement, la tranquillité de la balade est interrompue par le moteur des voitures. Plus de la moitié du parcours proposé entre Martres-Tolosane et Carbonne se fait sur la route. Une départementale limitée à 80 km/h. “Sur les 130km de la Trans-Garona, 50% sont des voies réservées aux vélos. L’autre partie du trajet se fait sur des routes partagées”, rassure François Gillaizeau. Mais les voitures roulent vite, et parfois proche des cyclistes. Au sol, le marquage est bien souvent inexistant. 

durée de la vidéo: 00 min 33
50% des 130 km de la Trans-Garona sont en route partagée ©Ophélie Le Piver/FTV

Une réalité qui tranche avec les promesses de la Trans-Garona : “une piste cyclable transfrontalière aux abords de la Garonne”. Mais le parcours devrait être sécurisé. "Les travaux doivent être réalisés dans un avenir proche", affirme Didier Cujives, le président de Haute-Garonne Tourisme. "Leur budget a été voté et nous allons matérialiser les zones cyclables par des bandes blanches." En fait, la Trans-Garona est le prolongement d’itinéraires cyclables existants. À terme, elle devrait relier Toulouse à l’Espagne mais le projet n’est pas encore terminé. Le parcours s’arrête actuellement à Marquefave, juste après Carbonne (à 43km de Toulouse). Mais les travaux pour relier la dernière jonction devraient commencer d'ici 2 à 3 ans.  

Des panneaux verts ont été installés pour guider les cyclistes mais ils manquent d’affichage quant aux kilomètres restants à effectuer entre chaque étape. 

Des gares tout au long du parcours

Afin d’éviter la monotonie des allers-retours et pour permettre aux vacanciers de profiter au maximum du département, le trajet inverse se fait le plus souvent en train.

Une proposition qui colle parfaitement avec la volonté du comité départemental de tourisme de proposer des séjours verts. Le trajet suit d'ailleurs les gares des communes traversées. Mais cette belle volonté se heurte à un nouvel écueil : la difficulté de prendre le train avec son vélo. En gare comme à bord de la rame, les installations manquent pour pouvoir voyager sereinement. 

La Haute-Garonne bénéficie de parcours cyclables riches, variés et pour tous les niveaux. La Trans-Garona n’est pour le moment pas la plus sécurisée pour des familles (surtout avec de jeunes enfants). Mais pour les adeptes, elle permet de découvrir une facette moins connue de la Haute-Garonne tout en profitant d’un voyage plus respectueux de l’environnement.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité