Rugby : samedi en Angleterre, le Stade Toulousain doit signer un exploit pour jouer la finale de la Coupe d'Europe

C'est le grand rendez-vous que les rouges et noirs ne veulent pas manquer : ce samedi après-midi à Exeter (Angleterre) et à huis-clos, le Stade Toulousain doit réussir un authentique exploit sur le terrain, afin de décrocher la qualification pour sa 7ème finale en Coupe d'Europe de rugby.
Dans la foulée de son virtuose Antoine Dupont, toute l'équipe du Stade Toulousain veut s'imposer samedi à Exeter (Angleterre) pour disputer sa 7ème finale de Coupe d'Europe de rugby.
Dans la foulée de son virtuose Antoine Dupont, toute l'équipe du Stade Toulousain veut s'imposer samedi à Exeter (Angleterre) pour disputer sa 7ème finale de Coupe d'Europe de rugby. © Fred Scheiber / AFP
Le palmarès du Stade Toulousain en Coupe d'Europe de rugby est sans égal : 10 demi-finales disputées et 4 victoires en 6 finales.
En face les "Chiefs" d'Exeter vont disputer ce samedi après-midi sur leur gazon anglais la première demi-finale de leur histoire.
Ces chiffres, il faudra les oublier au coup d'envoi : ce ne sera rien moins que le choc entre les champions en titre de France et d'Angleterre.

L'incroyable parcours des "Chiefs"

Les Anglais ont décroché leur billet en battant leurs compatriotes de Northampton 38-15 en quarts de finale, le week-end dernier, alors que les Toulousains faisaient passer les irlandais de la province d'Ulster à la moulinette, 36 à 8.
Mais pour cette demie, les "Chiefs" ont obtenu l'avantage de jouer à domicile grâce à leur extraordinaire parcours : seulement 3 défaites subies en une saison et demi, toutes compétitions confondues.

Devant des tribunes vides

Cependant les Anglais ne bénéficieront pas du soutien de leur public : le match se jouera à huis clos, ce qui arrange plutôt bien les affaires des Toulousains. Dans cette rencontre au sommet de l'Europe, l'absence de supporters dans les tribunes ne sera pas le seul paramètre inhabituel : c'est ce qu'a expliqué Ugo Mola ce jeudi midi au cours d'une conférence de presse.

C'est un match de très haut niveau, qui se joue d'ordinaire en mars-avril. Là, ce sera seulement notre 4ème match de compétition, avec une préparation compliquée par les restrictions sanitaires. S'imposer sur le terrain d'Exeter sera de l'ordre de l'exploit. Il faudra jouer et tenir le niveau du Stade Toulousain.

Ugo Mola, entraîneur du Stade Toulousain

Quand ils parlent de leur adversaire anglais, le coach rouge et noir et le colosse all-black Jérôme Kaino partagent la même analyse : "Exeter a bâti depuis 3 ans une équipe très rugueuse physiquement, lourde devant, rapide derrière, apte à multiplier les temps de jeu à un rythme très élevé. Un peu comparable au Stade Toulousain" selon le 3ème ligne néo-zélandais.
Lourds devant, rapides derrière, les rugueux "Chiefs" d'Exeter sont champions d'Angleterre et visent le toit de l'Europe.
Lourds devant, rapides derrière, les rugueux "Chiefs" d'Exeter sont champions d'Angleterre et visent le toit de l'Europe. © Xavier Leoty / AFP

Dans le silence d'un stade vide, les membres de l'équipe et du staff présents sur le banc de touche jouent un rôle essentiel pour transmettre leur énergie aux joueurs sur le terrain. Pour Ugo Mola, la préparation du match le plus important de l'année (jusque-là) s'est faite dans un cadre particulièrement perturbé par des contraintes de toutes sortes :Jérôme Kaino se fait le porte-parole de ses coéquipiers en expliquant : "il est très important d'observer strictement toutes les règles sanitaires qui nous sont imposées, par respect pour le club et pour son public, tout simplement pour pouvoir jouer".

L'expérience face à la puissance

Quand on lui dit que le fait d'évoluer à huis clos diminuera l'avantage de jouer à domicile pour les Anglais, l'ailier toulousain Yoann Huget rappelle à la prudence : "ils sont si forts qu'ils peuvent s'offrir le luxe de faire tourner leur effectif et de gagner quand-même".
Pour celui qui a déjà disputé 38 matches de coupe d'Europe depuis son retour à Toulouse en 2012, la demi-finale perdue la saison dernière face aux Irlandais du Leinster est une expérience dont il faut savoir tirer parti : "la préparation a été bizarre, sans aucune pression des médias ni des supporters lundi et mardi, au lendemain de notre qualification. Ce n'est pas parce qu'il n'y en a pas autour, que la pression ne monte pas en nous : il faudra savoir la gérer le moment venu".

Viser une 5ème étoile

Sa conclusion se résume en une formule-choc : "pour l'équipe qui gagnera en finale, il n'y aura pas écrit COVID-19 sous l'étoile sur son maillot".
Place au jeu !
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
stade toulousain rugby sport europe