Téléphérique de Toulouse : pourquoi la facture est passée de 43 à 114 millions d'euros

Image de synthèse du téléphérique urbain sud / © Tisséo-SMTC/SMAT/Groupement POMA
Image de synthèse du téléphérique urbain sud / © Tisséo-SMTC/SMAT/Groupement POMA

Le contrat entre le fabriquant Poma et le syndicat mixte des transports en commun (SMTC) a eu lieu ce lundi matin à Toulouse, avec un objectif de mise en service en 2020. La facture est désormais de 114 millions d'euros. On vous explique pourquoi. 

Par France 3

La société Poma, spécialiste mondial des téléportés installée à Grenoble, a signé ce lundi matin à Toulouse le contrat pour la réalisation du téléphérique qui devra déservir l'Oncopôle, l'hopital Rangueil et l'université Paul Sabatier à l'horizon 2020.

Le contrat a été signé par Jean-Michel Lattes, 1er adjoint au maire de Toulouse et président du Syndicat Mixte des Transports en Commun (SMTC) et Francis Grass, adjoint au maire et président de la Société de Mobilité de l'Agglomération Toulousaine (SMAT). 

Le marché du téléphérique toulousain avait été attribué en décembre dernier à la société Poma, pour un montant de 54,6 millions d'euros (contre un peu plus de 40 millions estimé au lancement du projet en 2013, lire plus bas). Pourtant la facture va s'élever finalement à 114 millions : en sus de la conception et de la réalisation du téléporté, un autre contrat, de maintenance de la structure, a été signé avec l'entreprise pour une durée de 20 ans. C'est ce contrat de maintenance qui explique le surcoût.

EN VIDEO / le reportage de Christophe Neidhardt et Frédéric Desse : 
Signature du contrat du téléphérique de Toulouse
Conception, fabrication et maintenance sur 20 ans pour 114 millions d'euros.

Lancé par l'ancienne équipe municipale de Pierre Cohen, le projet d'Aérotram avait été dans un premier temps... "suspendu" par l'équipe de Jean-Luc Moudenc après les municipales de 2014. C'est la question du coût pour un moyen de transports prévu pour 7000 personnes par jour qui faisait alors reculer la nouvelle majorité. Le projet à son lancement en 2013 était estimé à 43 millions d'euros. L'équipe de Jean-Luc Moudenc contestait alors ce chiffre et parlait de plus de 80 millions. Finalement le marché a été attribué en décembre dernier pour 56,4 millions mais cela ne concernait que la conception/fabrication. Il bondit à 114 millions en incluant la maintenance pour les 20 prochaines années.

Un projet lancé par l'ancienne majorité et finalisé par la nouvelle. Finalement, cette facture va faire plaisir à tout le monde !

Film de présentation du téléphérique urbain sud (TUS)
 

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus