• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : l'association Droit au logement organise le prix du pire dispositif anti-SDF

Ces chaises sont nommées pour le pic violet qui récompense le pire dispositif anti-SDF à Toulouse. / © Marie Martin / France 3 Occitanie
Ces chaises sont nommées pour le pic violet qui récompense le pire dispositif anti-SDF à Toulouse. / © Marie Martin / France 3 Occitanie

L'association Droit au logement (DAL) organise une drôle de cérémonie à Toulouse. Elle a décidé de décerner un prix au pire mobilier urbain anti-SDF trouvé dans les rues de la ville.

Par Laurence Boffet

Des chaises scellées au sol de telle façon qu'on ne peut pas les rapprocher. Des grands pots de fleurs accompagnés d'une barre de fer pour empêcher des SDF de s'assoir sur le trottoir d'un hôtel. Une barre au milieu d'un banc pour que personne ne puisse s'y allonger...  C'est une liste non exhaustive des dispositifs anti SDF qui ont fleuri dans les rues de Toulouse ces dernières années. Un mobilier urbain que l'association Droit au Logement (DAL) a décidé de dénoncer de façon ironique. Elle a décidé d'organiser une cérémonie du "pic violet" pour décerner le prix du mobilier urbain "le plus génial, le plus beau, le plus anti-humain", bref celui qui est le plus efficace contre les sans-abri. 
Ces pots de fleurs et cette barre "anti-SDF" ont été installés devant un hôtel à Toulouse. / © Marie Martin / France 3 Occitanie
Ces pots de fleurs et cette barre "anti-SDF" ont été installés devant un hôtel à Toulouse. / © Marie Martin / France 3 Occitanie

 5 nominés pour le pic violet

L'association a recensé 5 dispositifs anti-SDF pour lesquels elle a organisé une présentation en live sur Facebook. Elle invite désormais les Toulousains a désigner le "meilleur" de ces dispositifs. "C'est ironique" explique François Piquemal, porte-parole du DAL pour le Sud-Ouest, "c'est une façon de dire qu'il n'est pas normal qu'autant de mobilier soit installé dans nos rues pour empêcher les personnes sans abri de s'assoir, de s'allonger, de trouver un peu de repos. Le vrai problème, c'est de construire du logement pour elles".
Les votants ont jusqu'à lundi 11 février pour se prononcer.

Avec ce "prix de la honte" François Piquemal espère aussi sensibiliser la mairie. "On aimerait que la mairie mette en place un arrêté municipal qui aille contre ce type de dispositifs et qui renoue avec la Convivencia toulousaine".
Voir ici le reportage de Mari Martin et Xavier Marchand :

Un préambule aux pics d'or de la Fondation Abbé Pierre

Cette cérémonie toulousaine est un préambule à la cérémonie nationale des "Pics d'or" que la Fondation Abbé Pierre organise avec la même ironie à Paris le mercredi 13 février. "Du prix du dispositif le plus décomplexé au plus agressif, en passant par le plus fourbe, le plus contradictoire, le prix de l’arrêté anti-mendicité ou encore le prix international, la Fondation entend avec humour dénoncer une fois de plus ces pratiques inhumaines" explique la Fondation qui indique que tous les nommés ont été choisis par un jury d’experts parmi les nombreux dispositifs référencés depuis le 6 décembre 2017 sur le site soyonshumains.fr lancé conjointement avec Emmaüs


 

Sur le même sujet

Une proposition de loi pour améliorer la sécurité aux passages à niveau

Les + Lus

Les + Partagés