• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : des associations environnementales mobilisées contre l'huile de palme dans les carburants

Les automobilistes ont été invités à signer une pétition qui a déjà réuni 400 000 signataires en Europe. / © Anv-Cop 21
Les automobilistes ont été invités à signer une pétition qui a déjà réuni 400 000 signataires en Europe. / © Anv-Cop 21

Des militants de cinq associations environnementales ont mené une action, samedi 12 janvier 2019 à Toulouse, pour sensibiliser les automobilistes à la présence d'huile de palme dans les carburants. 

Par Marie Martin

Le saviez-vous ? L'huile de palme n'est pas seulement présente dans l'alimentation industrielle, elle l'est aussi dans les carburants. Et cela est peu connu du grand public. Tellement que selon une récente enquête Ipsos, 82 % des 4 500 Européens sondés l'ignorent. Et ce, alors que c'est principalement pour cet usage que l'Union Européenne en importe aujourd'hui. 

Pour inverser cette tendance, cinq associations de défense de l'environnement tentent d'attirer l'attention du grand public sur la question. Des militants d'ANV-COP21, des Amis de la terre, de L214, One Voice et Y'a pas d'arrangement ont mené une action dans une station-service, samedi 12 janvier 2019, à Toulouse. 
Ils ont invité les automobilistes à signer une pétition qui condamne le remplacement des carburants fossiles par de l'huile de palme, "une des pires idées qu'il existe pour le climat", selon les associations.

L'extension des plantations de palmiers à huile est une cause majeure de déforestation en Asie du sud-est. En juin 2018, l'Europe a adopté une loi pour mettre un terme à l'incorporation dans les carburants de matières premières qui sont à haut risque pour le climat, comme l'huile de palme. Mais selon les associations, les pays producteurs et les groupes pétroliers comme Total feraient tout pour que l'huile de palme échappe à cette loi.
Total prévoirait d'importer 550 000 tonnes d'huile de palme et dérivés pour alimenter sa bioraffinerie de La Mède. 
 

Sur le même sujet

Perpignan : en redressement judiciaire, l’entreprise New EAS est prête à redécoller

Les + Lus