Toulouse : les balises Argos passent sous contrôle belge

Le fonds d'investissement belge Compagnie nationale à portefeuille (CNP), appartenant au groupe Frère, a pris le contrôle du groupe de services satellitaires toulousain CLS exploitant les balises de surveillance Argos.

Les balises Argos, également utilisées pour le suivi de voiliers participant à des courses au large, transmettent automatiquement des signaux vers les satellites
Les balises Argos, également utilisées pour le suivi de voiliers participant à des courses au large, transmettent automatiquement des signaux vers les satellites © Max PPP
Le CLS, centre de traitement des données Argos, filiale du Centre national d'études spatiales français (Cnes), basé près de Toulouse, à Ramonville-Saint-Agne est passé sous contrôle du groupe belge Frère, au terme d'un tour de table finalisé jeudi.

En rachetant les participations minoritaires d'Ardian et de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer), le fonds d'investissement du Groupe Frère est ainsi devenu l'actionnaire majoritaire, à hauteur de 66%, du groupe satellitaire CLS exploitant les balises de surveillance Argos,

Le Cnes conserve son solde de 34% de l'entreprise toulousaine, mais en devient l'actionnaire minoritaire.

Dans un communiqué commun,  le Cnes et la CNP parlent d'une "gouvernance européenne", ouvrant "un nouveau chapitre pour la pépite du spatial français", disent se positionner "sur le long terme" et vouloir "accompagner CLS dans son développement".
    

Une success story toulousaine


Fondée en 1986 par le CNES, la société CLS est alors pionnière dans la fourniture de solutions d’observation et de surveillance de la Terre. Elle développe le système Argos de collecte de données et de localisation de balises dédié à l’étude et à la protection de l’environnement, permettant de géolocaliser n'importe quelle balise avec une précision de 150 mètres. Ses activités se concentrent sur la vente de services satellitaires. Elle traite chaque mois les données envoyées par environ 100.000 balises et terminaux équipant animaux, bateaux, bouées océanographiques, camions.

Aujourd'hui, CSL emploie 720 salariés entre son siège toulousain et ses 24 autres sites dans le monde.


Elle a réalisé un chiffre d'affaires de 135 millions d'euros en 2019, après avoir créé au mois de septembre 2018 sa filiale Kinéis, qui vient d'annoncer avoir levé 100 millions d’euros pour financer une constellation de nanosatellites dédiée à l’Internet des objets.

Avec la holding Groupe Bruxelles Lambert (GBL), le fonds CNP représente l'un des deux piliers du Groupe Frère, qui gère un portefeuille d'actif net de près de 5,5 milliards d'euros.




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
espace sciences économie