• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse Clean-up : le projet de nettoyage de la Garonne se concrétise

© Toulouse Clean-up
© Toulouse Clean-up

Toulouse Clean-up, la machine pensée par 4 jeunes en partenariat avec la Fablab Artilect et la Fondation Orange Solidarité, est prête pour la mise à l’eau.

Par Martin Vanlaton

Ça y est. La machine est prête à prendre l’eau, sans mauvais jeu de mots. Le projet initié l’année dernière est opérationnel.

C’est quoi ?

Toulouse Clean-up a pour objectif de nettoyer la Garonne de tous les détritus flottants en plastique qui s’y promènent, pour les stopper avant qu’ils n’arrivent dans l’Océan Atlantique. Le projet est simple : il faut installer un barrage et un récupérateur de déchets en aval de la ville de Toulouse.

Comment faire ?

Les quatre jeunes ont donc pensé à une machine. Fabriquée à partir d'éléments de récupération, cette machine est composée d’un tapis mécanique actionné par une roue et de deux bras flottants, faisant office de barrage. En bonus, la machine tire son énergie de l’eau de la Garonne.
Prototype de Toulouse Clean-up, la machine à dépolluer la Garonne / © Toulouse Clean-up
Prototype de Toulouse Clean-up, la machine à dépolluer la Garonne / © Toulouse Clean-up

Pourquoi ?

La Garonne se jette dans le gyre Atlantique Nord (gigantesque tourbillon d’eau formé d’un ensemble de courants marins), lié au 7ème continent de plastique. Le continent de plastique, ça fait six fois la taille de la France ; et 80% des déchets qui composent ce mastodonte en plein cœur de l’océan Atlantique proviennent des villes. Cette année, pas moins de 6 millions de tonnes de plastique vont se déverser dans les océans.

Conséquences du plastique dans les océans / © Toulouse Clean-up
Conséquences du plastique dans les océans / © Toulouse Clean-up

Quelle suite ?

À partir de février et pour quatre mois, la machine sera testée en bassin pour contrôler son bon fonctionnement. Elle sera ensuite installée sur la Garonne de juin à septembre pour la tester dans des conditions réelles. À l'automne, les initiateurs du projet iront sensibiliser les jeunes à l'urgence de la situation. 

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : Henri Joyeux s'en défend

Les + Lus