Toulouse : des colis alimentaires distribués aux étudiants isolés du Crous

A Toulouse, 3241 étudiants sont actuellement confinés dans leurs résidences universitaires. Pour leur venir en aide, le Crous et la banque alimentaire ont commencé la distribution de colis avec des denrées sèches et des produits frais. Un coup de pouce bienvenu pour ces étudiants isolés.

Ce mercredi, 350 colis ont été distribués à la cité universitaire Daniel Faucher à Toulouse. Une opération organisée par le Crous et la banque alimentaire.
Ce mercredi, 350 colis ont été distribués à la cité universitaire Daniel Faucher à Toulouse. Une opération organisée par le Crous et la banque alimentaire. © Delphine Gérard/ FTV
La file d'attente est interminable dans la cour de la cité universitaire Daniel Faucher. Les distances de sécurité sont respectées, la plupart des étudiants ont placé un foulard sur leur visage. Tous attendent le début de la distribution de colis alimentaires. Et à voir le nombre de personnes présentes, le besoin était réel.
 

"On ne peut pas travailler, ça devient très compliqué"


Dans la file d'attente, Abdel Abdul Karim, un étudiant originaire de Mayotte témoigne : "ça va surtout me permettre d'économiser un peu plus. Et de bien manger sans trop faire de trajets en ces temps de confinement."
"On est étudiant, on n'a pas trop de moyens financiers. Vu qu'en ce moment on peut pas travailler ça devient très compliqué pour moi," explique une autre résidente.

Le colis qu'ils récupèrent est conséquent : en plus de l'aide alimentaire basique comme les pâtes, le sac contient aussi des produits laitiers, des fromages, des yahourt, des fruits et des légumes.

Pour Maxence, étudiant en licence informatique et résident de la cité Daniel Faucher, ce colis est bienvenu, notamment pour "certains produits laitiers, ou la charcuterie par exemple, car ça n'est pas très accessible, vu les prix élevés en magasin."

   

Le service social du Crous très sollicités


Ce mercredi, 350 colis sont distribués en près d'une heure de temps dans la cour de la cité universitaire Daniel Faucher à Toulouse. 7 autres points de livraison vont être mis en place pour des distributions quotidiennes. Au total 3241 étudiants ont été recensés en confinement dans leur résidence universitaire.

François Mengarduque, directeur du site Toulouse-Ouest, explique que le Crous de Toulouse a mis en place en urgence cette opération en partenariat avec la Banque alimentaire. Les restaurants universitaires ayant dû fermer par mesures de sécurité, les étudiants ont fait remonter ce besoin.

Le service social du Crous de Toulouse reçoit énormément de demande d'assistance financière pour satisfaire les besoins alimentaires de première nécessité. On a pensé que c'était utile notamment pour ceux qui ont perdu des revenus liés à une perte d'emploi étudiant.

En cette période de Covid -19, le Crous de Toulouse a renforcé ses actions sociales, avec la mobilisation des équipes d'assistantes sociales et de psychologues, disponibles sur des permanences de soutien. Des distributeurs de plats complets ont été installés et des bons d'achat électroniques ont été mis en place pour les étudiants les plus précaires. Un numéro d'aide d'urgence, le 08 06 000 278 existe également.
   

Avec les colis, un peu de réconfort


Associée à cette opération, la Banque alimentaire mobilise ses bénévoles pour soutenir ce public fragile. Pour Aurélie Racine, directrice de la banque alimentaire de Toulouse et sa région, 

"c'est fondamental de les soutenir au même titre que tous les autres. Les étudiants sont un public qu'on suit tout au long de l'année par l'intermédiaire des associations, et qui là, a montré des signes de grandes difficultés liés à la crise. Il était de notre devoir de réagir."

Au delà des colis, c'est aussi un geste solidaire, explique la directrice. "On essaie de couvrir les besoins nécessaires et aussi de leur permettre d'avoir un peu de douceur et de réconfort pendant cette période de confinement, car certains peuvent être seuls et loin de leur famille. "

Ce sentiment d'isolement, beaucoup d'étudiants, notamment étrangers le partagent. L'une d'elle nous confie : "on est tout seuls ici, c'est compliqué pour nous. On essaie de positiver et de se dire qu'on va sortir bientôt."

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société éducation université coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter