Cet article date de plus de 3 ans

Toulouse : les étudiants de Jean-Jaurès reconduisent le blocage, les examens sont reportés

Examens reportés, blocage de la faculté reconduit jusqu'au 30 avril. Les étudiants et personnels de l'Université Jean-Jaurès ont voté la poursuite de la grève ce mardi matin en assemblée générale. Les examens auront bien lieu dès le mois de juin.
Les étudiants et personnels grévistes de la faculté Jean-Jaurès ont donc voté la reconduction du blocage de leur université aujourd'hui mardi. Après 5 heures d'assemblée générale, la grève est reconduite jusqu'au 30 avril. 

Grève reconduite et examens reportés


La mobilisation se poursuit donc, même si les grévistes sont moins nombreux que lors des précédentes AG. La délicate question des examens a également été soumise aux votes. Certains souhaitant leur annulation pure et simple. Finalement les étudiants ont voté le report. Les partiels devaient avoir lieu au mois de mai. Délai impossible à tenir pour les étudiants et pour les professeurs. Les cours ne se sont pas déroulés normalement depuis le 6 mars. 

Les examens auront lieu en juin et en septembre 


Sur le campus, de nombreux étudiants ne cachent pas leur inquiétude : c'est la validation d'une année universitaire qui est en jeu.
L'administrateur provisoire de l'Université Jean-Jaurès, Richard Laganier, prévoit, quoiqu'il en soit, le maintien des examens. Leur report est déjà acté. Les dates sont fixées : la première quinzaine de juin pour la première session, et la première quinzaine de septembre pour les rattrapages, que la faculté soit bloquée ou non. Reste à avoir où et comment se dérouleront les examens dans le cas où la grève continue. Ils se pourrait qu'ils soient délocalisés, comme en 2009, précise Richard Laganier, s'ils ne peuvent pas voir lieu au sein de l'université. 

La faculté Jean-Jaurès est bloquée depuis le 6 mars. 


Le reportage de Christophe Neidhardt et Thierry Villeger




Une manifestation dans les rues de Toulouse
Après une matinée consacrée aux débats, les étudiants et personnels grévistes se sont ensuite rendus en ville pour manifester. Le cortège n'était pas déclaré en préfecture, mais il a quand même pu parcourir un itinéraire entre les quartiers Compans Caffarelli et Saint-Cyprien en passant par le pont des Catalans. Entre 300 et 500 manifestants ont défilé dans le calme, avant de se disperser sans heurt en milieu d'après-midi.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région occitanie université éducation société social grève