Toulouse : une journée décisive pour les salariés de Derichebourg

Les salariés de Derichebourg Aeronautics services, sous-traitant d'Airbus, sont toujours mobilisés contre un accord de performance collective (APC). Cet accord devrait être validé vendredi au cours d'un CSE. Une manifestation est prévue vendredi matin devant le siège de l'entreprise.

Les salariés sont mobilisés depuis l'annonce de L'APC
Les salariés sont mobilisés depuis l'annonce de L'APC © FTV

Le principe d'un "accord de performance collective" a été acté, le lundi 11 mai, au cours d'un CSE au sein de l'entreprise Derichebourg Aeronautics Services, l'un des principaux sous-traitants d'Airbus, dont le siège social est à Blagnac, près de Toulouse. Il l'a été à l'issue d'un vote : le syndicat majoritaire Force Ouvrière a dit oui, tandis que les deux autres syndicats, l'UNSA Aérien SNMSAC et la CFE-CGC, ont voté contre.

Plusieurs débrayages

Depuis cette annonce, les salariés se sont mobilisés. Le 2 juin, ils ont débrayé devant le siège de l'entreprise Derichebourg. Deux jours après, le 4 juin dernier, ils étaient environ 200 à manifester au même endroit, pour tenter de peser sur les négociations en cours.

Vendredi matin, dès 8h, une manifestation de soutien est prévue devant le siège de l'entreprise.

 

Les avantages d'un tel accord

L'accord de performance collective est censé retarder un plan social (pour l'UNSA et la CGC), voire éviter la suppression de 700 postes (pour FO), sur les 1 400 implantés en région toulousaine.

En revanche, l'accord supprime certains acquis sociaux et rogne sur les revenus des salariés. Certains parlent de 200 à 250 euros de moins par mois.

Une réunion mitigée

Mardi, une réunion réunissant les syndicats et la Direction, n'a pas permis d'avancer dans les négociations. Deux syndicats s'opposant toujours à cet "accord de performance collective".

Seul le syndicat F.O, majoritaire dans l'entreprise, a fait des propositions qui ont été validées par la Direction. Parmi ces propositions, une prime d'incitation à la mobilité de 4 000 euros ou encore le maintien du 13ème mois.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie coronavirus/covid-19 société emploi