Toulouse : pas de peine pour le chauffeur de bus Tisséo qui avait eu une altercation avec deux adolescentes

Le tribunal n'a pas infligé d'amende au chauffeur jugé après une altercation avec deux jeunes passagères en octobre dernier mais il devra verser 250 euros de dommages et intérêts à l'une des familles. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
Un chauffeur de bus qui avait eu une altercation avec deux passagères adolescentes en octobre dernier à Toulouse a été dispensé de peine ce jeudi 11 février par le tribunal correctionnel de Toulouse mais devra payer 250 euros de dommages et intérêts à la famille de l'une des ados.

Le chauffeur avait été jugé le 7 janvier dernier et le tribunal avait mis son jugement en délibéré à ce jeudi 11 février. Lors du procès, il avait été soutenu par de nombreux collègues de Tisséo. A l'audience, le procureur avait requis une amende. 

Le 19 octobre, un incident avait éclaté dans un bus entre le chauffeur et les deux jeunes passagères au sujet d'un titre de transport manquant. Le ton était monté et le chauffeur avait fermé les portes du bus pour empêcher les deux ados de s'échapper. Elles avaient alors brisé des vitres du véhicule.

Placées en garde à vue, les deux jeunes filles avaient été relâchées car les policiers avaient visionné les caméras de surveillance du bus. C'est alors le chauffeur qui avait été à son tour placé en garde à vue, son comportement ayant été "déplacé" selon les propos du parquet à l'époque.

Les parents des deux jeunes filles avaient porté plainte, indiquant que les adolescentes avaient cassé les vitres pour tenter d'échapper à la violence du conducteur. L'une des familles était représentée à l'audience et réclamait 1200 euros de dommages et intérêts. Le tribunal lui en a accordé 250.

A l'audience, le procureur avait parlé d'une "attitude inacceptable" de la part des adolescentes mais d'une "réponse inadaptée" du conducteur. Le chauffeur s'était excusé devant les juges.