Université Jean Jaurès à Toulouse : après trois semaines de grève, le blocage continue

Le vote qui a clôturé l’assemblée générale débutée ce jeudi matin à 10h était sans surprise : la grève continue, le blocage aussi. Un mouvement qui va se prolonger jusqu'au mardi 3 avril, trève de Pâques oblige.
Assemblée générale à l'Université Jean Jaurès
Assemblée générale à l'Université Jean Jaurès © Nathalie Saint-Affre Maxppp
" On reconduit le mouvement de grève parce qu'on n'a rien gagné" a déclaré ce jeudi après-midi, Farah Denuelle, membre de l'Union des Etudiants de Toulouse.
A ceux qui lui font remarquer que la fusion des universités n'est plus à l'ordre du jour, elle fait remarquer que l'administration n'a pas abandonné le projet mais qu'elle l'a mis en pause.

Non à de nouvelles élections dans trois mois
Le ministère ayant dissous tous les conseils universitaires de Jean Jaurès, de nouvelles élctions sont envisagées dans les trois mois mais les étudiants s'y opposent. Ils veulent des élections à la rentrée prochaine, lorsque la sortie de crise sera amorcée.

"On veut que le nouveau président nous garantisse par écrit que le projet de fusion est définitivement enterré."


Une université placée sous tutelle
Totalement bloquée depuis le 7 mars, l'université Jean Jaurès a été mise sous tutelle le 19 mars par la ministre de l'enseignement supérieur, Frédérique Vidal.
Le président a été démis de ses fonctions. L’administration provisoire de l’université Toulouse Jean Jaurès a été confiée à Richard Laganier, professeur des Universités et ancien président de l’université de Guyane.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société