Val Tolosa : la justice annule l'arrêté autorisant la destruction d'espèces naturelles

Coup de théâtre dans le dossier du futur méga-centre commercial du nord-ouest toulousain : le tribunal administratif de Toulouse vient d'annuler l'arrêté préfectoral qui autorisait la destruction d'une centaine d'espèces naturelles. 

Par Fabrice Valery

C'est un nouvel épisode dans le feuilleton du futur centre commercial aux portes de Toulouse, Val Tolosa : le tribunal administratif de Toulouse a annulé l'arrêté préfectoral qui autorisait le promoteur du projet à détruire les espèces protégées présentes sur le site. 

Une décision qui pourrait mettre un nouveau coup d'arrêt au projet relancé par un accord entre les différentes parties, notamment le promoteur et le conseil départemental de Haute-Garonne au sujet des routes d'accès, intervenu le 31 mars dernier. Un accord que les associations et collectifs contre le projet avaient condamné. 

La décision du tribunal administratif date du 8 avril et annule l'arrêté préfectoral du 29 août 2013 qui autorisait la destruction d'une centaine d'espèces protégées sur l'emprise du site et à compenser les atteintes environnementales par l'achat de terres situées à proximité. Selon la Fédération Nationale de l'Environnement (FNE) qui avait introduit ce recours avec le collectif "Non à Val Tolosa" et Nature Midi-Pyrénées, "le Tribunal a considéré que le projet ne justifie aucunement d'un intérêt public majeur comme prétendu par le promoteur et donne ainsi raison aux associations"

Pour les associations "l'autorisation qui vient d'être censurée est un pan déterminant du dossier qui remet en cause le démarrage des travaux". 

Un autre recours, contre le permis de construire, doit être examiné bientôt par la Cour administrative d'appel de Bordeaux.

Sur le même sujet

Languedoc et Roussillon : les 1.900 couacs de la suppression de la carte SNCF

Les + Lus