Des victimes manifestent contre la tenue du procès AZF à Paris et pour la condamnation de Total

Trois associations de victimes de l’explosion d’AZF ont manifesté ce mardi à Paris avant l’ouverture du 3ème procès AZF en demandant notamment que la maison-mère Total soit condamnée par la justice.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
« Nous voulons montrer notre force, notre détermination et notre solidarité » a indiqué Pauline Miranda, présidente de l’association des sinistrés d’AZF, lors de la petite manifestation organisée devant le palais de justice de Paris avant l’ouverture ce mardi 24 janvier du 3ème procès AZF.
Une manifestation organisée avec les associations "Plus Jamais ça" et celle des familles endeuillées.

Pour une condamnation de Total

« On demande tous que justice soit rendue aux familles, a-elle expliqué, Total doit être condamné. La justice le doit aux victimes de Toulouse. Les deux premiers procès, à Toulouse, ont montré qu’il s’agissait bien d’une catastrophe industrielle. On en veut à Total qu’il ne reconnaisse pas sa responsabilité ».

Dans ce procès seuls Serge Biechlin, 72 ans, ancien directeur de l’usine, et la société Grande Paroisse, propriétaire de l’usine, sont poursuivis devant la cour d’appel de Paris. La société Total et son patron de l’époque, Thierry Desmarets, sont seulement cités à comparaître durant le procès par plusieurs parties civiles.

Le procès à Paris, "une catastrophe" !

Enfin les associations se sont une nouvelle fois insurgées contre la tenue du procès à Paris, malgré un dispositif de retransmission en direct à Toulouse. « C’est une catastrophe pour nous, a explique Pauline Miranda. Il aurait été plus simple de délocaliser à Toulouse trois juges dans une audience foraine. C’est notre procès et nous en sommes, en quelque sorte, privés ».