VIDÉO. De retour chez sa grand-mère, Alex Batty livre ses confidences sur ses 6 années de disparition. La police britannique ouvre une enquête pour enlèvement

Alex Batty, 17 ans, ce jeune Anglais retrouvé en France après avoir été porté disparu pendant six ans, a livré ses confidences sur son escapade. Il admet avoir menti sur quelques points. La police britannique vient d'ouvrir une enquête ce 22 décembre 2023 pour enlèvement.

Alex Batty vit désormais à Oldham dans le Grand Manchester en Angleterre chez sa grand-mère, Susan. Ce jeune Anglais de 17 ans, porté disparu pendant six ans après un voyage en Espagne avec sa mère et son grand-père, avait été retrouvé en France le 13 décembre 2023. Un livreur qu'il l'avait pris en stop l'avait déposé à la gendarmerie de Revel, près de Toulouse, en Haute-Garonne ce jour-là.

Une enquête ouverte pour enlèvement

La police britannique vient d'ouvrir une enquête pour enlèvement, ce vendredi 22 décembre 2023. Entendu par les enquêteurs, le jeune garçon est revenu sur quelques élements liés à sa disparition et à sa réappartion. Dans le journal Le Sun, il reconnaît avoir menti aux forces de la police française, "pour essayer de protéger sa mère et son grand-père". "Mais je me rends compte qu'ils vont se faire rattraper de toute manière". 

D'abord, il admet avoir menti sur la mort de son grand-père. Celui-ci serait en fait en bonne santé. Il avait annoncé son décès survenu quelques mois plutôt aux enquêteurs. Autre information erronnée : il n'a jamais marché quatre jours dans les montagnes entre l'Aude et l'Ariège. C'est pourtant ce qu'il avait déclaré aux gendarmes comme à l'étudiant livreur de médicament qui l'a pris dans son camion alors que le garçon marchait sous un pluie battante en pleine nuit. 

Il rêvait d'une autre vie

Selon nos confrères de l'AFP et de France Info, il s'agissait d'une exagération pour brouiller les pistes afin de protéger sa mère et son grand-père. C'est à la suite d'une dispute avec eux qu'Alex Batty a décidé de s'enfuir, le 14 décembre dernier. Dans "The Sun", il revient sur ce qui l'a poussé à partir, évoquant notamment le fait qu'il n'avait "aucune vie sociale". "J'étais en sécurité, mais je n'avais pas d'amis, des déménagements constants, du travail, mais pas d'école". Alex Batty avait vécu dans plusieurs gîtes. Il rêvait tout simplement d'une autre vie.

Lire aussi : Affaire Alex Batty : "Nous avions à cœur de l'aider" racontent les gérants du gîte où le jeune Anglais a séjourné


En juillet dernier, le jeune garçon s'était rendu dans l'école 42, une école d'informatique de Perpignan dans les Pyrénées-orientales. "Il avait réussi la première étape d'admission en ligne, mais faute des documents administratifs nécessaires pour poursuivre l'inscription, nous avions convenu de le rencontrer durant nos journées portes ouvertes, le 29 juillet dernier, pour essayer de trouver un compromis", raconte à France 3 Occitanie, Géro Vigney, le directeur de l'école créée et financée par Xavier Niel, le patron de l'opérateur de téléphonie mobile Free. "C'est à ce moment qu'il nous a confié s'appeler en réalité Alex Batty. En faisant quelques recherches rapides sur Internet, nous avons réalisé qu'il s'agissait d'un jeune Anglais kidnappé il y a six ans et recherché depuis."

Lire aussi : TEMOIGNAGE. Affaire Alex Batty : "On ne nous a pas pris au sérieux", ce jour où le jeune anglais disparu a tenté de s'inscrire à l'école 42 de Perpignan

Dans son interview vidéo diffusée par The Sun, Alex Batty d'autres confidences sur son retour au Royaume-Uni : " À chaque fois que je vais me coucher, j'ai l'impression que je vais me réveiller à nouveau en France. Etre de retour en Angleterre ne me paraît pas encore réel ! (...) Au cours de ces dernières années, c'est à partir de mes 14 ans que je commençais à envisager le futur et à revenir en Angleterre. (...)"

Ensuite j'ai fait mon sac, sans laisser apparaître que je partais. J'ai rédigé un mot à ma mère pour lui dire combien je l'aimais, de ne pas s'inquiéter pas pour moi, que je ne voulais pas lui faire de mal, de ne pas m'en vouloir. Quelques minutes avant de partir, je l'ai laissé. Il était minuit environ quand je suis parti. "

" Le jour du départ, c'était un jour normal. J'ai juste décidé qu'il fallait y aller ! "

Alex Batty

"Ensuite j'ai fait mon sac, sans laisser apparaître que je partais, poursuit-il. J'ai rédigé un mot à ma mère pour lui dire combien je l'aimais, de ne pas s'inquiéter pas pour moi, que je ne voulais pas lui faire de mal, de ne pas m'en vouloir. Quelques minutes avant de partir, je l'ai laissé. Il était minuit environ quand je suis parti. "

Sa grand-mère Susan, sa tutrice légale, est à ses côtés et l'enlace. Le jeune adolescent y évoque ensuite sa rencontre avec le livreur : " J'étais en train de marcher dans la rue au milieu de la nuit et j'ai vu ce drôle de camion médical. Il s'est arrêté. Le chauffeur était très jeune. (...) Quand je me suis senti à l'aise après avoir discuté avec lui, je me suis dit que peut-être, il pouvait m'aider. Et il l'a vraiment fait. Je l'ai remercié infiniment. Et il m'a laissé à la gendarmerie.

Sa mère Mélanie et son grand-père David Batty sont pour le moment introuvables. 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité