VIH et tuberculose : à Toulouse des chercheurs ont fait une découverte capitale

Une collaboration internationale, menée par des chercheurs du CNRS, de l’Inserm et des universités de Toulouse, a fait une découverte qui permettra d'aider les 1,2 million de personnes co-infectées par la tuberculose et le virus du Sida (VIH-1), une association mortelle.
Dans un contexte tuberculeux, le VIH-1 passe d’une cellule à l’autre grâce à des nanotubes formés entre les macrophages, ce qui augmente très fortement la proportion de cellules infectées
Dans un contexte tuberculeux, le VIH-1 passe d’une cellule à l’autre grâce à des nanotubes formés entre les macrophages, ce qui augmente très fortement la proportion de cellules infectées © CNRS/Inserm
D'après un communiqué diffusé aujourd'hui par l'Inserm et le CNRS, 1,2 million d’individus dans le monde sont co-infectés par Mycobacterium tuberculosis, la bactérie responsable de la tuberculose, et le virus du Sida (VIH-1). Cette association est mortelle : elle complique le diagnostic et le traitement des patients, et augmente la pathogénicité de ces deux agents infectieux.

Une collaboration internationale, menée par des chercheurs du CNRS, de l’Inserm, de l'Université Toulouse III – Paul Sabatier et le Centre de physiopathologie de Toulouse Purpan, a mis en évidence que dans un contexte tuberculeux, le VIH-1 passe d’une cellule à l’autre grâce à des nanotubes formés entre les macrophages, ce qui augmente très fortement la proportion de cellules infectées.

"Ce qu'on a pu mettre en évidence, c'est pourquoi l'infection est aggravée chez les personnes atteintes de VIH," explique Christel Vérollet, chercheuse à l'Inserm qui faisait partie de l'équipe encadrante du projet.

Ce travail de recherche n'était pas sans risques : "Ce sont des modèles extrêmement difficiles à travailler, notamment pour des raisons de sécurité," continue-t-elle. En effet, la bactérie tuberculeuse et le virus du VIH sont potentiellement dangereux et transmissibles. 

Reportage :
VIH et Tuberculose, des avancées pour les malades

Les cellules macrophages forment des nanotubes 


Un  long travail, mais qui a permis aux chercheurs de montrer que les macrophages, cellules hôtes pour la tuberculose et pour le VIH-1, forment entre eux des nanotubes lorsqu’ils sont exposés à l’interleukine-10 (IL-10), une molécule sécrétée en cas de tuberculose.

L’abondance dans les poumons de ces macrophages particuliers, appelés M(IL-10), est corrélée avec la gravité de la maladie. Les nanotubes sont empruntés par les particules virales du Sida, comme des tunnels, pour infecter les cellules voisines et s’y multiplier.

En inhibant leur formation par différentes approches, les scientifiques ont réussi à réduire le transfert du virus entre les macrophages, entrainant ainsi une diminution de la production de VIH-1.

En cas de tuberculose sévère, la formation de nanotubes entre les macrophages est amplifiée, facilitant par conséquent la dissémination du virus du Sida et augmentant ainsi la production virale.

La présence de ces macrophages particuliers pouvant être quantifiée, le diagnostic et le suivi de la tuberculose chez les patients co-infectés pourra être facilité.

Ces travaux ouvrent ainsi la voie à de nouvelles approches thérapeutiques visant à contrôler l’augmentation de la charge virale en cas de tuberculose, et les résultats sont publiés ce mardi 26 mars dans la revue Cell Reports
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société sciences sorties et loisirs