Viré d'une clinique privée après la publication d'un roman, "le médecin des pauvres et des immigrés" dénonce une "vendetta"

En avril 2023, l'urologue Denis Dupuy de la clinique Ambroise Paré de Toulouse (Haute-Garonne) était poussé vers la sortie. En cause, la publication d'un roman dans lequel le directeur de cet établissement du groupe privé Elsan se reconnaissait. Une "vendetta" selon le praticien, très apprécié par ses patients. Il a décidé de faire ses valises.

Son contrat s'est achevé le 17 avril 2024. Après 20 ans de bons et loyaux services comme urologue, le Docteur Denis Dupuy a quitté la Clinique Ambroise Paré. Un établissement privé toulousain, qui appartient au groupe Elsan.

C'était l'un des rares urologues en secteur 1 à Toulouse (Haute-Garonne), en clair il ne demandait pas de supplément à ses patients. Ce qui faisait de lui, le "médecin des pauvres et des immigrés" comme il nous l'avait expliqué en septembre 2023. Des patients désormais orphelins de leur praticien.

La vie du Docteur Dupuy bascule le 17 avril 2023. Ce jour-là, il reçoit une lettre recommandée de son employeur. La clinique Ambroise Paré met fin au contrat d'exercice libéral qui lie l'urologue à l'établissement. Il a un an pour quitter l'établissement et trouver un successeur.

Son tort : avoir écrit un livre de fiction, dans lequel le directeur de l'établissement, Frédéric Pecqueux ainsi qu'un syndicaliste se seraient reconnus.

La scène qui dérange

Car l'urologue est aussi écrivain à ses heures perdues. Passionné de lettres, il en est à son 4ème livre. Le dernier s'intitule "Bagatelles, ou combien j'emm... mes contemporains". C'est l'histoire d'un médecin d'une clinique de province, qui ne se reconnaît plus dans la société actuelle.

Dans l'ouvrage du chirurgien, il y a une scène où ce médecin fait irruption dans le bureau de son directeur de clinique, qui est au beau milieu d'ébats sexuels avec un syndicaliste. Une scène "trash" que le docteur Dupuy assume. Selon lui, il n'y a aucun lien avec le directeur de la clinique Ambroise Paré ou un quelconque syndicaliste. "Tout est fictif. Aucun personnage ne correspond à la réalité. Ce n'est pas de ma faute si le directeur se reconnaît dans ce personnage..", nous confiait le médecin en septembre 2023.

C'en est trop pour le directeur de la clinique Ambroise Paré. "Manquements aux obligations déontologiques", "propos outrageants", ou encore "discrédit jeté sur l'établissement au sein duquel il exerce", les accusations pleuvent sur l'urologue toulousain. Une plainte devant le conseil de l'Ordre des médecins est déposée par la clinique, ainsi qu'une plainte au pénal pour "injure".

Contacté à l'époque, le directeur de la clinique Ambroise Paré, Frédéric Pecqueux, nous avait affirmé que le roman n'avait pas été un élément déclencheur et qu'il n'en faisait pas une "affaire personnelle". 

Vendetta

"Jusqu'au bout, j'ai cru qu'ils allaient se calmer, que cette farce allait prendre fin. Mais je me suis trompé" explique avec amertume le Docteur Dupuy. "J'ai été victime d'une sorte de vendetta" souligne-t-il, lui qui regrette d'avoir mené cette bataille tout seul sans le soutien de ses collègues médecins.

"Quand on est médecin libéral, on ne peut pas attaquer aux prud'hommes. Il y a le Conseil de l'Ordre, mais l'affaire traîne" regrette-t-il. N'ayant pas trouvé de successeur, il a perdu sa mise de départ, soit 150.000 euros".

Cela a été une année très douloureuse. Pour moi, mais aussi ma femme et mon fils. Toutes ces nuits perturbées par cette histoire, le sentiment d'injustice qui vous envahit.

Docteur Denis Dupuy

Déçu, meurtri de laisser tant de patients au bord de la route, Denis Dupuy a vécu une année très difficile, sur le plan personnel. Douloureuse. Mi-mai, il va quitter Toulouse et s'installer à Bordeaux. Le médecin, âgé de 60 ans, va prendre un poste d'urologue à l'hôpital de Villeneuve-sur-Lot, un établissement public cette fois-ci. Il aimerait en profiter pour transmettre son savoir aux plus jeunes, les former. 

Un nouveau roman à venir

Quant à son activité d'écrivain, il va la poursuivre avec un 5ème roman en cours d'écriture. Le thème est tout trouvé, puisqu'il va évoquer sa descente aux enfers et cette expérience douloureuse vécue à la clinique Ambroise Paré.

Une façon de prendre sa revanche ? Pas vraiment. Plutôt, une façon d'évacuer son amertume et de tourner une page d'un mauvais roman.