• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Manifestation des salariés de Cegelec de Tarbes à Pau

© France 3
© France 3

Des salariés de Cegelec de Tarbes et Soues ont fait le déplacement à Pau ce vendredi matin. Ils protestent contre la fermeture de leurs sites de production.

Par Véronique Haudebourg

Des salariés Tarbais de Cégélec se sont rassemblés devant le siège régional de l'entreprise à Pau ce vendredi matin où se tiennent les premières négociations du plan de sauvegarde de l'emploi. L'entreprise subit de plein fouet la baisse d'activité de son principal client Alstom. Les 2 ateliers de chaudronnerie et de câblage de Tarbes et Soues doivent fermer. 52 emplois vont disparaître dans les Hautes-Pyrénées.

Les trois délégués syndicaux du groupe (CGT, CFDT et CGC) ont rencontré le président de Cegelec-Pau, François Aries, et la directrice des ressources humaines, Christelle Duterne, après l'annonce la semaine dernière en comité d'entreprise extraordinaire de la fermeture des sites de Soues et Bastillac. Les deux sites sont spécialisés dans la production d'équipements destinés au transport ferroviaire. 

"Nous avons souhaité recadrer le débat sur la sauvegarde de l'emploi et nous assurer que le groupe faisait tout ce qu'il faut pour sauvegarder les 52 emplois et trouver un repreneur", a indiqué Guillaume Front, délégué syndical de la CGT, à l'issue de la réunion. "C'était la toute première réunion. On est encore très loin de parler du PSE (Plan de sauvegarde de l'emploi NDLR)", a-t-il ajouté.

Les 52 salariés s'étaient mis en grève mardi après-midi pour protester contre la fermeture des deux sites. Ils ont fait le déplacement à Pau vendredi "pour soutenir leurs représentants".

La direction régionale de Cegelec n'était pas immédiatement joignable pour commenter la rencontre. A Paris, une porte-parole de Vinci avait indiqué cette semaine qu'"un plan de sauvegarde de l'emploi avait été présenté aux représentants des 52 collaborateurs des sites de Tarbes et Soues vendredi
dernier
(le 13 février)". Le site de Soues, spécialisé dans la chaudronnerie, emploie 33 personnes et l'atelier de câblage de Bastillac, sur la commune de Tarbes, 19 personnes.
Un plan de production partielle avait été mis en oeuvre en décembre 2014 en raison
"d'une baisse d'activité", avait aussi précisé la porte-parole. 
Présent dans une trentaine de pays, Cegelec emploie 2.200 personnes.

Sur le même sujet

Aude : la dernière chapellerie de la haute vallée renaît en coopérative

Les + Lus