Ours des Pyrénées : le point sur les observations réalisées depuis le début de l'année 2022

Publié le
Écrit par N'daricaling Loppy

Les ours évoluant dans les Pyrénées sont étudiés à la loupe. Combien sont-ils ? Où ont-ils été observés ? Et quelles possibilités de reproduction ? L'Office français de la biodiversité publie une lettre sur les éléments observés au 1er trimestre 2022.

Les itinéraires empruntés par des bénévoles ont permis de collecter de nouvelles informations sur les ours. “Cela peut-être des traces, des crottes, des photos ou vidéos automatiques ou encore des éléments laissés sur des “arbres à pas” : il s’agit de troncs prévus à cet effet, où les animaux se frottent et laissent, par exemple, des poils. Avec le croisement de ces méthodes, on a une idée assez certaine du nombre d’ours.” explique Sabine Matraire, présidente du Pays de l'ours Adet. 

70 ours détectés en 2021

Plus de 115 indices ont ainsi été collectés dans les quatre départements des Pyrénées durant le premier semestre 2022. “En 2021 il y a eu 70 ours détectés. Cela ne veut pas dire qu’aujourd’hui il y en a 70 car par exemple, Caramel abattue le 20 novembre fait partie du comptage.” précise Sabine Matraire.

 Les observations notamment grâce aux vidéos ont permis de constater que les ours se portent bien. A plusieurs reprises, des vidéos ont capté des instants de vie de Néré. “Cet ours est devenu un symbole, car il est né en 1997 de la première ourse slovène lâchée dans les Pyrénées un an plus tôt. Nous en savons un peu plus sur les déplacements de Néré. l’ours a trouvé le chemin est passe régulièrement d’un côté à l’autre des Pyrénées” indique Sabine Matraire. A 25 ans, Néré est en quasi pleine forme, malgré des problèmes de motricité à la patte arrière gauche.


“La population croît”

La présidente du Pays de l'ours Adet se félicite de la progression dans le partage du territoire entre l’homme et l’ours. Fin mai, une ourse et un ourson de l’année ont été photographiés dans la commune de Melles par un bénévole du réseau ours brun.

Même si la population croît, que le biotope est favorable à l’ours dans les Pyrénées, il n’y a pas d’apport de nouveaux individus. 70% de la population des ours a une ascendance provenant de trois ours identifiés. C’est très peu, il y a un risque de consanguinité, c’est pourquoi il est important d’effectuer de nouveaux lâchers", insiste Sabine Matraire.

En juin 2020, dans l’Ariège, un ours a été abattu. Il s’agit d’une destruction illégale qui ne fait pas l’objet de condamnation. A minima, à chaque ours tué par l’homme, un ours doit être relâché” conclut la présidente du Pays de l'ours Adet.